Sécurité |
2018-01-17

Les opérations de ratissage se poursuivent contre les restes de Daech dans le désert de l'Anbar


Des membres des forces de sécurité irakiennes tiennent une position le 26 novembre 2017 durant leur progression vers la province de Salaheddine dans le désert occidental qui borde la Syrie pour tenter d'éradiquer les derniers groupes de combattants restants de « l'État islamique » dans la région. [Mahmud Saleh/AFP]
Des membres des forces de sécurité irakiennes tiennent une position le 26 novembre 2017 durant leur progression vers la province de Salaheddine dans le désert occidental qui borde la Syrie pour tenter d'éradiquer les derniers groupes de combattants restants de « l'État islamique » dans la région. [Mahmud Saleh/AFP]

Les forces irakiennes ont commencé à mener des campagnes de ratissage régulières des régions désertiques à la recherche des derniers éléments de « l'État islamique » (Daech), a expliqué à Diyaruna le leader tribal Cheikh Qatari al-Samarmad, mercredi 17 janvier.

Des forces conjointes de l'armée, de la police et des tribus participent à ces campagnes au plus profond du désert occidental, a-t-il indiqué.

« Nos campagnes ne sont plus menées à intervalles sporadiques », a expliqué al-Samarmad, commandant de la mobilisation tribale dans le district d'al-Baghdadi.

Elles sont désormais conduites de manière hebdomadaire ou semi-hebdomadaire, a-t-il précisé, chacune durant entre 48 et 72 heures.

Ces campagnes bénéficient d'un soutien aérien de l'aviation irakienne ou des appareils de la coalition internationale, a-t-il ajouté.

Les zones couvertes par ces opérations s'étendent dans deux directions : du sud des villes d'al-Baghdadi, Haditha et al-Qaim au nord d'al-Rutba, y compris dans les vallées de l'Houran et d'al-Qathf et d'autres zones désertiques isolées.

Le second front s'étend du « nord de l'Euphrate vers la ville de Baiji dans la province de Salaheddine, et vers des régions adjacentes à la frontière irako-syrienne », a précisé al-Samarmad.

Empêcher les tentatives de Daech de se regrouper

Ces campagnes de ratissage se sont accentuées dans le but « d'empêcher les éléments de Daech de mettre en place des bases et des repaires secrets dans le désert ou d'être en mesure de s'y déplacer librement », a-t-il précisé.

Récemment, les forces irakiennes ont mené une série d'opérations pour traquer les éléments de Daech au sud d'al-Baghdadi, opérations qui ont entraîné la mort de plusieurs d'entre eux et la destruction de plusieurs tunnels et repaires, a-t-il précisé.

« Nous avons détruit des dizaines de tunnels dans la vallée de l'Houran, qui est une vaste région désertique accidentée située à environ 400 kilomètres de la frontière avec l'Arabie saoudite », a-t-il expliqué.

Les forces irakiennes ont également détruit des dépôts d'armes et de matériel découverts à al-Huseiniyat, Oumm al-Waz, al-Daie et al-Mudhim, des régions désertiques au sud d'al-Baghdadi, a-t-il ajouté.

Elles y ont trouvé « de nombreux véhicules défectueux qui avaient été utilisés par les activistes pour le transport », a-t-il poursuivi.

Les forces irakiennes ont également débarrassé l'île d'al-Baghdadi, le long de la rive nord-est de l'Euphrate, entre al-Baghdadi et Heet, des résidus de Daech et ont sécurisé la zone contre toute activité terroriste, a-t-il précisé.

Des inspections y ont lieu en permanence, depuis que le plus vaste repaire de Daech de l'île a été détruit il y a plus d'un mois, a-t-il précisé.

« Avec le soutien des appareils de la coalition, nous avons détruit une grotte secrète où se cachaient douze terroristes, et qui contenait d'importants stocks d'armes et de munitions », a poursuivi al-Samarmad.

« Nous avons pu en extraire seulement trois corps, qui se sont avérés être ceux de leaders locaux de Daech originaires des villages d'al-Sarrajia et al-Mahboubiya à Heet », a-t-il indiqué, soulignant qu'ils « étaient recherchés pour avoir commis des crimes horribles ».

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha