http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/01/09/feature-03

Économie |

2018-01-09

Irak : le trafic aérien reprend après la défaite de Daech

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Un avion d'Iraqi Airways sur le tarmac à l'aéroport d'Erbil le 28 septembre 2017. [Safin Hamed/AFP]
Un avion d'Iraqi Airways sur le tarmac à l'aéroport d'Erbil le 28 septembre 2017. [Safin Hamed/AFP]

Le trafic aérien dans le ciel irakien connaît une recrudescence après la défaite de « l'État islamique » (Daech) dans le pays, a fait savoir Salim Moussa, porte-parole du ministère des Transports, à Diyaruna mardi 9 janvier.

Après que le groupe eut pris le contrôle de vastes territoires d'Irak en 2014, plusieurs compagnies aériennes civiles avaient décidé de suspendre leurs opérations dans le pays, par crainte pour la sécurité des passagers.

Mais aujourd'hui, le trafic aérien civil est en hausse en Irak, a affirmé Moussa.

« Plusieurs compagnies aériennes internationales ont décidé de reprendre les vols au-dessus du pays après que Daech a été battu et que la victoire finale contre le groupe a été déclarée le 9 décembre », a-t-il fait savoir.

Au moins 700 vols traversent l'espace aérien du pays tous les jours, contre quelques douzaines seulement lors de l'occupation de Mossoul par Daech en juin 2014, a-t-il indiqué.

« Ce chiffre a augmenté exponentiellement par rapport au niveau précédent, un signe qui pousse à l'optimisme », a affirmé Moussa.

Augmentation des revenus

Le gouvernement perçoit aujourd'hui des millions de dollars de revenus grâce à la reprise du trafic aérien.

« L'Irak reçoit 375 $ de frais de transit pour chaque vol qui traverse son espace aérien », a rapporté Moussa, notant que cela représente une ressource financière importante pour le gouvernement.

Dans le même temps, le ministère des Transports travaille à renforcer les partenariats avec tous les pays pour établir de nouveaux trajets aériens directs.

Le ministère a ainsi réussi à ouvrir de nouvelles liaisons aériennes, dont les plus récentes avec le Koweït et l'Arabie saoudite, a précisé Moussa.

« Nous travaillons actuellement pour ouvrir bientôt d'autres routes avec la Tunisie, la Grèce et l'Espagne, en fonction d'études prenant en compte la faisabilité économique et l'existence d'activités mutuelles », a-t-il indiqué.

La communauté internationale cherche à s'ouvrir à l'Irak, a-t-il déclaré, ajoutant que l'Irak « fera tout son possible pour faciliter ces rapprochements ».

Le nombre de passagers à l'arrivée et au départ d'aéroports irakiens en 2017 a atteint 10,3 millions, dont plus de quatre millions de passagers via l'aéroport international de Bagdad, le plus grand du pays.

Le nombre total de départs et d'arrivées pour les aéroports irakiens l'année dernière était de 102 812 vols civils.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

1 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
ادم | 2018-01-14

Pour faciliter le tourisme et l'aviation, je suggère d'alléger les formalités des visas pour les étrangers ou de supprimer les exigences de visa pour la plupart des pays dont les citoyens veulent venir en Irak. De cette façon, l'entrée des Irakiens sera également plus facile dans ces pays. Le ministre des Affaires étrangères et tous les responsables irakiens ne pensent pas à cela parce que eux et leurs familles détiennent des citoyennetés étrangères. Je sais que vous allez répondre et dire que le traitement doit être réciproque avec n'importe quel Etat qui permet aux Irakiens d'entrer sans visa. Cependant, nous ne sommes pas comme les autres Etats; nous avons besoin de flexibilité pour pouvoir atteindre le niveau des autres pays.

Répondre