http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/01/04/feature-01

Sécurité |

2018-01-04

L'Irak protège ses oléoducs contre les derniers éléments de Daech

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des ouvriers irakiens réparent un oléoduc endommagé dans la province de Kirkouk, dans l'ouest du pays. [Photo extraite de la page Facebook de la North Oil Company]
Des ouvriers irakiens réparent un oléoduc endommagé dans la province de Kirkouk, dans l'ouest du pays. [Photo extraite de la page Facebook de la North Oil Company]

L'Irak envisage de déployer une technologie de surveillance ultramoderne pour protéger ses pipelines de transport de pétrole brut et d'autres produits pétroliers contre le vandalisme et le vol, expliquent des responsables à Diyaruna.

Cette initiative gouvernementale s'inscrit dans le cadre d'une série de mesures destinées à empêcher « l'État islamique » (Daech) de s'en prendre aux ressources de l'État ou de vouloir acquérir une nouvelle source de revenus, ont-ils précisé.

« Nous avons bon espoir que ce projet sera mis en place durant le premier trimestre de cette année, après qu'auront été passés les accords avec les compagnies concernées », a indiqué à Diyaruna le porte-parole du ministère du Pétrole, Assem Jihad.

Ce projet comportera des technologies haut de gamme permettant une meilleure surveillance des pipelines transportant du pétrole brut et des produits pétroliers qui s'étirent sur des milliers de kilomètres, a-t-il poursuivi.

« Il inclura un système de protection intégré comportant des caméras ultramodernes et des drones en plus de télécapteurs qui détecteront immédiatement toute atteinte à l'intégrité de ces oléoducs », a-t-il ajouté.

Un plan pour protéger les oléoducs

Le ministre du Pétrole Jabbar Ali al-Luaibi a chargé le groupe de protection de l'énergie et les compagnies pétrolières nationales de concevoir un plan pour protéger les oléoducs dans tout le pays, en particulier ceux situés dans les régions libérées.

« Les trafics de pétrole de Daech ont stoppé après la défaite du groupe et après que les zones qui étaient sous leur contrôle eurent été libérées », a ajouté Jihad.

« Nous cherchons aujourd'hui à renforcer nos mesures de prévention de manière à faire échouer toute tentative des terroristes de passer en contrebande ou de voler le pétrole irakien, ou de vandaliser ses pipelines », a-t-il poursuivi.

Le ministère du Pétrole s'efforce actuellement de remettre les oléoducs en état et de faire redémarrer tous les projets pétroliers impactés par Daech, a-t-il encore ajouté.

En dépit des nombreux défis, notamment les mines et les engins explosifs improvisés (EEI) dissimulés par Daech, « nous réalisons d'importants progrès dans la reconstruction de nos infrastructures énergétiques », a-t-il expliqué.

« Nous avons réparé et remis en service plusieurs pipelines et plusieurs centrales électriques en un temps record », a-t-il ajouté. « Notre mission est maintenant de reconstruire et de développer le secteur pétrolier dans le cadre de notre stratégie nationale de reconstruction et de développement. »

La menace de Daech contenue pour l'essentiel

Le trafic et la vente de pétrole brut et raffiné constituaient jadis une source essentielle de revenus pour Daech.

Mais les opérations de contrebande du groupe ont commencé à décliner mi-2015, lorsque la coalition internationale s'est mise à s'en prendre aux convois de camions-citernes de Daech, et que le groupe a été chassé des régions pétrolières où étaient situées la plupart des principales centrales électriques.

Le vandalisme des oléoducs et le vol de pétrole ont en grande partie cessé, mais la menace n'a pas pour autant totalement disparu, ont expliqué des responsables.

« Daech n'est certes plus présent en Irak, mais cela ne signifie pas la disparition des cellules dormantes qui visent les oléoducs », a indiqué à Diyaruna l'économiste Basem Jamil Antoine.

« Ces [cellules] peuvent avoir recours au vandalisme pour perturber les flux de pétrole brut, ou à des opérations de trafic à petite échelle pour financer leurs opérations », a-t-il indiqué.

Le renforcement de la sécurité autour des oléoducs est « une mesure positive visant à supprimer toute chance pour les terroristes de saper l'économie du pays ou d'obtenir une source de financement », a déclaré Antoine.

Ces actions de la part du gouvernement sont « nécessaires pour garantir les avancées obtenues contre Daech », a déclaré le député irakien Zaher al-Abbadi, membre de la commission parlementaire pour le pétrole et l'énergie.

À l'avenir, il sera important pour l'Irak d'utiliser des technologies modernes pour « protéger et surveiller les oléoducs et les infrastructures pétrolières du pays contre des attaques terroristes destructrices ainsi que contre le vol et le trafic », a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Le gouvernement est tenu de prendre les mesures préventives qu'il juge nécessaires pour empêcher que nos réserves de pétrole ne tombent entre les mains des terroristes ou qu'ils puissent déstabiliser ou porter atteinte à ce secteur vital », a conclu al-Abbadi.

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha