Di badge fr
Di banner fr
Sécurité |
2018-01-01

L'Irak vérifie les employés de l'Etat dans les zones libérées

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Le gouvernement irakien distribue les salaires aux employés du ministère de la santé dans la province de l'Anbar sur cette photo postée en janvier 2016. Le gouvernement demande à tous les employés de l'Etat  dans les zones libérées de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" de se soumettre à un audit de sécurité. [Photo de la page Facebook de la Direction de la santé de l'Anbar]
Le gouvernement irakien distribue les salaires aux employés du ministère de la santé dans la province de l'Anbar sur cette photo postée en janvier 2016. Le gouvernement demande à tous les employés de l'Etat dans les zones libérées de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" de se soumettre à un audit de sécurité. [Photo de la page Facebook de la Direction de la santé de l'Anbar]

Le gouvernement irakien procède à une vérification de sécurité de tous les employés de l'Etat vivant dans des zones libérées de "l'Etat islamique en Iraq et en Syrie" (EIIS).

A la mi-2015, le gouvernement irakien a suspendu les salaires des employés de l'Etat dans les zones sous contrôle de l'EIIS.

Cependant, les employés de l'Etat qui ont été déplacés continuent de recevoir leur salaire, aussi longtemps qu'ils se présentent au travail dans les zones où ils ont fui.

A l'époque, un comité gouvernemental a été formé pour répartir les salaires entre les employés touchés.

Avec le retour à la vie normale dans de nombreuses régions, de nombreux employés du secteur public peuvent désormais réclamer leurs salaires auprès des institutions et des directions de l'Etat.

Le gouvernement exige maintenant que ces employés subissent un contrôle de sécurité, dans le cadre de ses efforts visant à couper les sources de financement du terrorisme et à s'assurer que les fonds du gouvernement ne tombent pas entre de mauvaises mains.

Une telle mesure est considérée comme "standard" de la part du gouvernement et lui permettra de s'assurer que "tout va bien", a déclaré Modhar Mohammed Saleh, conseiller économique du Premier ministre irakien Haider al-Abbadi.

"Il y avait plusieurs villes qui étaient sous contrôle terroriste, et nous ne pouvons pas savoir avec certitude quelle est la position des employés [de l'Etat] - qu'ils soient avec l'ennemi ou le gouvernement irakien", a-t-il dit à Diyaruna.

"Pour cette raison, nous pensons qu'une autorisation de sécurité pour les employés de l'Etat est nécessaire à ce stade, alors que nous cherchons à éradiquer les restes du terrorisme", a-t-il souligné.

Le processus de vérification comprend la vérification croisée des noms des employés du gouvernement par rapport à une base de données de sécurité qui contient les noms des personnes recherchées qui étaient connues pour avoir rejoint l'EIIS.

Saleh a confirmé les efforts du gouvernement pour finaliser ce processus afin que les salaires puissent être déboursés sans délai.

"Tout le monde recevra ce qui lui est dû", a-t-il dit.

Processus accéléré

Lors de sa session du 19 décembre, le cabinet a ordonné à l'agence de sécurité nationale d'accélérer le processus de vérification des employés de l'Etat dans les zones libérées afin qu'ils puissent recevoir leurs salaires, a indiqué un communiqué du gouvernement.

Le processus d'audit souligne "l'engagement du gouvernement à éradiquer le fléau du terrorisme", a déclaré Sadiq al-Bahadli, qui enseigne les finances et les banques à l'Université al-Mustansiriya.

"Cette étape permettra de différencier ceux qui ont la loyauté du gouvernement et ceux qui ont collaboré avec l'EIIS ou ont rejoint ses rangs", a-t-il dit à Diyaruna," ces derniers doivent faire l'objet d'une enquête pour déterminer s'ils ont aidé les terroristes à commettre leurs crimes".

Cette étape est un moyen important de "couper les sources de financement dont disposent les terroristes et de contribuer d'une manière ou d'une autre à leurs activités criminelles", a-t-il déclaré.

"Cela contribuera à établir la sécurité dans tout le pays, en particulier dans les régions qui se sont débarrassées du terrorisme, et à renforcer la primauté du droit", a-t-il ajouté.

'Une nouvelle ère de stabilité'

Selon al-Bahadli, l'audit de sécurité est conçu pour "inaugurer une nouvelle ère de stabilité aux niveaux économique, social et politique et engendrer la confiance et la bonne volonté entre les citoyens et les institutions officielles".

Le député irakien Nayef al-Shimmari, qui représente la province de Ninive au parlement, a déclaré à Diyaruna que l'audit de sécurité est un élément important des efforts nationaux pour stabiliser la situation sécuritaire et protéger le pays contre les menaces terroristes.

Cependant, a-t-il dit, toutes les mesures disponibles doivent être prises pour éviter un retard dans le paiement des salaires mensuels à temps.

"Les employés du secteur public à Ninive et dans les autres provinces libérées ont beaucoup souffert de la suspension de leurs salaires", a-t-il ajouté.

"Nous ne devrions pas traîner les pieds en ce qui a trait au processus de vérification pour s'assurer que les salaires atteignent leurs bénéficiaires sans retards ni obstacles".

Aimez-vous cet article?

Di icons no 5
Di banner fr
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha