Terrorisme |
2017-12-26

Les « Drapeaux blancs » ne représentent pas une menace, affirme l'Irak


L'armée irakienne a récemment arrêté des éléments du groupe du Drapeau blanc, qui épouse la même idéologie extrémiste que « l'État islamique ». [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]
L'armée irakienne a récemment arrêté des éléments du groupe du Drapeau blanc, qui épouse la même idéologie extrémiste que « l'État islamique ». [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

L'émergence d'un nouveau groupe terroriste dans les régions montagneuses isolées de Salaheddine et de Kirkouk en Irak, qui épouse la même idéologie que « l'État islamique » (Daech), a causé l'inquiétude publique.

Mais les responsables de la sécurité répondent que ce groupe n'a que peu d'importance et ont promis de lancer des opérations militaires qui permettront de l'éradiquer une fois pour toutes.

Des signalements épisodiques de la part des habitants et des médias locaux indiquent la présence d'un nouveau groupe, « les Drapeaux blancs », qui a tenté de s'implanter près de Kirkouk et dans la ville de Tuzkhurmato, dans la province de Salaheddine.


Un nouveau groupe qui se fait appeler les « Drapeaux blancs » a tenté de s'implanter près de Kirkouk et dans la ville de Tuzkhurmato dans la province de Salaheddine, mais des spécialistes affirment qu'il ne constitue pas une menace pour la sécurité de l'Irak. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Un nouveau groupe qui se fait appeler les « Drapeaux blancs » a tenté de s'implanter près de Kirkouk et dans la ville de Tuzkhurmato dans la province de Salaheddine, mais des spécialistes affirment qu'il ne constitue pas une menace pour la sécurité de l'Irak. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Les habitants comme le personnel de sécurité ont pu observer de petits groupes de combattants armés opérant dans des régions montagneuses isolées, leurs vêtements et leur apparence étant similaires à ceux de Daech, a expliqué Salah al-Khazraji, membre du Conseil provincial de Salaheddine.

« Le groupe a tenté de s'imposer comme le successeur de Daech », a-t-il dit, et des renseignements indiquent qu'il inclut dans ses rangs des combattants de Daech qui ont déserté le groupe au lendemain de ses récentes défaites.

« Ce nouveau groupe n'est pas différent des autres groupes terroristes dans l'idéologie qu'il adopte », a-t-il ajouté, soulignant qu'il a bien l'intention de profiter des divisions idéologiques, sectaires et ethniques qui existent chez le peuple irakien pour se forger une ouverture.

Il souhaite utiliser ces divisions comme un levier pour pénétrer dans ces villes et en prendre le contrôle, a-t-il précisé.

Les mesures prises par le gouvernement pour faire revenir les déplacés internes (DI) à Tuzkhurmato et assurer la sécurité à Kirkouk couperont l'herbe sous le pied à ce groupe et l'enterreront avant qu'il ait été en mesure de se propager et de s'étendre, a expliqué al-Khazraji.

Qui sont les membres du « Drapeau blanc » ?

« Les agences irakiennes de sécurité et de renseignement disposent d'informations détaillées et précises sur ce groupe », a indiqué Sabah al-Nouman, porte-parole des Services antiterroristes.

Ces informations comprennent notamment « les noms de ses chefs, leur emplacement et la nature de leurs activités », a-t-il expliqué à Diyaruna.

Al-Nouman a indiqué que le groupe est un résidu d'un groupe connu sous le nom d'Ansar al-Islam, qui était apparu en 2005 dans les régions frontalières entre l'Iran et l'Irak.

La plupart des cellules de ce groupe avaient été détruites à l'époque, a-t-il poursuivi, mais les déserteurs de Daech sont venus graduellement grossir leurs rangs.

Le groupe est devenu actif lorsque des problèmes politiques et sociaux ont fait leur apparition dans la région, a-t-il précisé, soulignant que les zones situées près de Kirkouk et de Tuzkhurmato sont restées hors du contrôle de l'État pendant trois ans.

« L'image que les médias ont donnée de la situation a fait paraître le groupe comme plus important qu'il ne l'est en réalité, et a gonflé ses capacités », a-t-il rapporté.

Le groupe ne présente aucune menace significative pour la sécurité, a-t-il ajouté, soulignant que les rumeurs selon lesquelles il compterait plus de 2 000 éléments sont inexactes ; « ils sont bien moins nombreux que cela en réalité ».

Les forces irakiennes se préparent à lancer des actions pour les éliminer définitivement, a indiqué al-Nouman, soulignant que l'Irak ne permettra pas l'émergence d'un quelconque groupe terroriste et anéantira tous ceux qui tenteront de porter atteinte à la sécurité du pays.

Éliminer les « Drapeaux blancs »

« Ce nouveau groupe émergent peut être rapidement éliminé avant qu'il ait une chance d'étendre son influence et de se propager au-delà de son implantation actuelle », a indiqué à Diyaruna le politologue Fadhil Abou Ragheef.

Il a souhaité qu'une série de mesures soient mises en place pour renforcer la perspective d'une victoire irakienne sur le terrorisme et faire avorter toute tentative de Daech ou de n'importe quel autre groupe d'organiser son retour.

Au premier rang de ces mesures se trouve la nécessité d'enrichir la banque de données de sécurité utilisée par les agences de renseignement irakiennes par de nouvelles données sur les éléments terroristes et la nature de leur affiliation et leurs déplacements dans le pays, a-t-il indiqué.

Abou Ragheef a également appelé au renforcement de la coopération en matière de renseignements avec d'autres pays de la région ou du monde, en bénéficiant du soutien toujours plus grand en faveur de l'Irak dans la phase actuelle.

Il a appelé au renforcement des mesures de sécurité aux points de passage terrestres et dans les aéroports d'Irak, et à une surveillance plus étroite des groupes extrémistes dans le pays et à l'étranger.

Les médias ont également un rôle à jouer dans la lutte contre l'idéologie terroriste, a-t-il poursuivi, en montrant ses effets dévastateurs sur la société et en demandant aux citoyens de coopérer avec les agences de sécurité, en particulier dans les régions à haut risque.

« Le groupe du Drapeau blanc a trouvé un environnement incubateur », a-t-il expliqué, bien qu'il soit trop faible pour accomplir quelque chose sur le terrain et qu'il ne peut pas devenir le successeur de Daech, parce qu'il ne dispose d'aucun endroit sûr pour s'épanouir.

« Ce groupe sera très bientôt anéanti », a prédit Abou Ragheef.

Selon des sources proches de la sécurité irakienne, des opérations ont déjà visé le groupe, ce qui a permis un grand nombre d'arrestations, dont celle du leader du groupe, Assi al-Qawali.

Aimez-vous cet article?

44 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha