Médias |

2017-12-20

La machine médiatique de l'EIIS manque de nouveau matériel

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Les éléments de "l'Etat islamique en Iraq et en Syrie" regardent la nouvelle vidéo du groupe, "Flammes de la guerre: Partie II", qui repose en grande partie sur des images recyclées. [Photo diffusée sur des sites extrémistes]
Les éléments de "l'Etat islamique en Iraq et en Syrie" regardent la nouvelle vidéo du groupe, "Flammes de la guerre: Partie II", qui repose en grande partie sur des images recyclées. [Photo diffusée sur des sites extrémistes]

Une nouvelle vidéo diffusée par "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS), qui fait un usage intensif des images recyclées, révèle que le groupe se démène pour suivre les apparences suite à sa récente défaite en Irak, ont indiqué des experts à Diyaruna.

La vidéo, publiée le 30 novembre sous le titre «Flammes de la guerre (Partie II)", était identique à la première partie - publiée il y a trois ans - avec des changements mineurs dans son contenu promotionnel.

La publication de 58 minutes repose en grande partie sur des vidéos et des images d'opérations terroristes plus anciennes que le groupe avait menées dans les zones qu'il contrôlait jadis en Irak et en Syrie en 2014, dans le but d'attirer l'attention sur sa barbarie et sa survie.


Des véhicules militaires irakiens parcourent les rues de Bagdad pour célébrer la victoire du pays sur "l'Etat islamique en Irak et en Syrie". [Photo publiée le 7 décembre sur la page Facebook du ministère irakien de la défense]

Des véhicules militaires irakiens parcourent les rues de Bagdad pour célébrer la victoire du pays sur "l'Etat islamique en Irak et en Syrie". [Photo publiée le 7 décembre sur la page Facebook du ministère irakien de la défense]

Le recyclage de ces images dans une nouvelle production est un signe que le groupe traverse une crise, a déclaré Saeed al-Jayashi, expert en sécurité, à Diyaruna.

Le groupe a reçu un coup dur en Irak, et par conséquent, cherche à contourner cette réalité avec de vieilles versions conçues pour tromper les téléspectateurs, a-t-il dit, ajoutant que "le groupe veut adoucir sa défaite et redynamiser sa base".

L'EIIS a subi à la fois une cuisante défaite militaire et un coup douloureux à sa machine de propagande, sur laquelle il s'est largement appuyé pour recruter des combattants et semer la terreur, a-t-il précisé.

Tous les centres médiatiques du groupe en Irak ont été ciblés, at-il dit, et 80% des sites Web et des pages Web favorables aux extrémistes ont été retirés.

Défaite en Irak et en Syrie

La dernière version de l'EIIS appelle directement ses fidèles et ses partisans à s'engager dans une nouvelle phase de conflit à partir de nouvelles zones, appelées "terres de migration".

Les observateurs ont vu ce mouvement comme une concession de sa défaite en Irak et en Syrie, qui étaient jusqu'à récemment considérés comme des "terres d'habilitation et de contrôle" où se trouvait son soi-disant califat.

L'EIIS a perdu 13 de ses provinces auto-déclarées en Irak et en Syrie, sur les 33 qu'il a déclarées dans le monde entier, a déclaré à Diyaruna l'analyste de sécurité Fadhil Abou Raghif.

"Cette perte a incité le groupe à essayer de transférer ses activités terroristes vers d'autres territoires, ou comme on les appelle des terres de migration".

Dans sa dernière vidéo, le groupe suggère que "Wilayat Sinaï" en Egypte serait une nouvelle destination pour ses combattants.

Les lettres écrites par le chef de l'EIIS Abou Bakr al-Baghdadi, trouvées dans le bastion du groupe en Libye, appellent ses partisans à se rendre en Libye et à l'utiliser comme base de lancement pour ses opérations en Egypte, en Tunisie et en Algérie.

"L'EIIS veut imposer son contrôle dans le sud du Sinaï et dans le désert libyen, ainsi que dans la corne de l'Afrique et dans la ville de Marawi aux Philippines", a déclaré Abou Raghif.

"Ce sont les destinations les plus probables pour les terroristes", a-t-il ajouté.

Le massacre du 24 novembre à la mosquée al-Rawdha dans la région de Bir al-Abed au Sinaï, qui a fait plus de 300 morts, reflète la détermination du groupe à dominer ces zones, a-t-il souligné.

Portée médiatique affaiblie

L'EIIS souffre actuellement d'une forte baisse de sa production médiatiquea indiqué Abou Raghif, notant que plusieurs de ses organes médiatiques et publications ont complètement cessé leur production.

Parmi ceux-ci figurent l'agence Amaq et al-Naba, sa plate-forme numérique, al-Fourqan pour la production médiatique et son magazine imprimé, Dabiq.

Le déclin de sa production médiatique et l'affaiblissement de sa présence dans les médias sont attestés par sa dernière sortie, qui utilise beaucoup de séquences recyclées, a-t-il dit.

"Le groupe a été vaincu et n'a pas réussi à se relancer nulle part ou à revendre son idéologie tordue", a-t-il ajouté.

Les forces irakiennes "ont porté un coup douloureux aux terroristes", a déclaré le député irakien Iskandar Witwit, membre du comité parlementaire de sécurité et de défense.

Witwit a appelé les pays à se rassembler pour empêcher le groupe de refaire surface ailleurs et de continuer à travailler ensemble pour combattre sa propagande électronique et restreindre son accès aux ressources militaires et médiatiques.

Aimez-vous cet article?

8 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha