Médias |
2017-12-14

Une journaliste irakienne saluée comme un « symbole de courage »

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


La journaliste irakienne Rana al-Ajili a été tuée par une mine posée par « l'État islamique » alors qu'elle couvrait les opérations militaires dans l'ouest de l'Anbar. [Photo extraite de la page Facebook de Rana al-Ajili]
La journaliste irakienne Rana al-Ajili a été tuée par une mine posée par « l'État islamique » alors qu'elle couvrait les opérations militaires dans l'ouest de l'Anbar. [Photo extraite de la page Facebook de Rana al-Ajili]

Lorsque Maryam Tariq Mehdi a appelé sa mère le soir du 15 novembre, elle ne se doutait pas qu'elle entendait sa voix pour la dernière fois.

Peu après leur conversation, sa mère, Rana al-Ajili – une correspondante de guerre qui couvrait les opérations militaires dans l'ouest de l'Irak – a été tuée par une mine posée par « l'État islamique » (Daech).

Lors de leur dernière conversation, Maryam – élève à l'école primaire et la plus âgée des cinq enfants – a indiqué avoir demandé à sa mère si elle allait bien.

« Elle a répondu : ma fille, ne t'inquiète pas pour moi, je suis [aussi forte que] 100 hommes. »

« Nous avons parlé pendant longtemps, mais à la fin de l'appel elle m'a dit de veiller sur mes quatre frères et sœurs et de prendre soin d'eux, et ça m'a encore plus inquiétée », a rapporté Maryam à Diyaruna.

Le jour suivant, Maryam a appris que sa mère avait trouvé la mort.

« Un symbole de courage »

Al-Ajili, âgée de 38 ans, a été tuée alors qu'elle couvrait les activités des forces irakiennes qui œuvraient pour sécuriser et déminer al-Qaim dans l'ouest de l'Anbar.

Le photojournaliste Montazar Adel et le conducteur du véhicule dans lequel se trouvait al-Ajili ont été blessés dans l'explosion qui s'est produite lorsque leur véhicule a roulé sur une mine.

Après la première explosion, sa mère est sortie de la voiture et est tombée à terre, a fait savoir Maryam.

Elle a été tuée « par une seconde explosion très proche d'elle ».

« Ma mère a donné sa vie aux médias », a déclaré la fille d'al-Ajili. « Elle nous disait qu'elle aussi était un soldat, et que sa mission était de transmettre la vérité honnêtement aux gens. »

Maryam s'est dite fière de sa mère, qui est devenue « un symbole de courage et un modèle de loyauté de la femme irakienne à son pays et son peuple ».

« Ma mère était notre seule source de revenus depuis que mon père est tombé malade », a-t-elle indiqué, notant que le gouvernement irakien a promis d'aider la famille.

Documenter les mauvaises actions de Daech

Al-Ajili était membre du Syndicat irakien des journalistes, et elle avait travaillé pour plusieurs organisations des médias avant de devenir correspondante de guerre dans l'équipe médias de l'armée couvrant les batailles irakiennes contre Daech.

Elle avait documenté de nombreuses offenses du groupe sur sa page Facebook, et elle a écrit ce qui suit dans son dernier message à Daech la veille de sa mort :

« Tout ce qu'il reste de vous est une mémoire disparue et fausse au nom de la religion, vous qui n'avez aucune religion », a-t-elle écrit.

Al-Ajili est la deuxième femme journaliste à trouver la mort cette année en couvrant la bataille contre Daech. Le 25 février, la professionnelle des médias Shafa Kurdi a été tuée par un engin explosif improvisé (EEI) alors qu'elle assurait la couverture des combats dans l'ouest de Mossoul.

Al-Ajili « était le modèle de la femme irakienne courageuse », a déclaré Ibrahim al-Sarraj, président de l'Association irakienne de défense des droits des journalistes.

Elle assurait une couverture « de qualité supérieure » sur les victoires irakiennes, « réfutant les mensonges des terroristes et endiguant leur fausse propagande », a-t-il rapporté à Diyaruna.

« Son décès a été un énorme choc et une grande perte pour les journalistes », a-t-il indiqué, appelant « toutes les parties concernées à apporter rapidement leur aide à la famille et à leur fournir un logement, car ils vivent dans une maison louée ».

Les journalistes irakiens menacés

Selon l'Observatoire irakien des libertés de la presse, 21 journalistes irakiens ont été tués entre mai 2016 et mai 2017, la plupart lorsqu'ils couvraient la guerre contre Daech.

La perte de ce grand nombre de correspondants de guerre requiert un examen, a affirmé Kazem al-Miqdadi, directeur de la faculté de médias de l'université al-Farabi.

« Le problème est ici lié au mécanisme de travail en tant que reporter de guerre, qui demande une grande expérience pour naviguer dans le cours des événements dans des environnements pleins de danger comme les champs de bataille », a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Le courage, la poursuite du scoop et le sacrifice sont des qualités qui méritent le respect », a déclaré al-Miqdadi. « Mais nous devons aussi mettre en évidence le besoin d'acquérir les compétences nécessaires, de suivre un entraînement suffisant et d'observer les règles de sécurité au travail. »

Aimez-vous cet article?

Di icons no 0
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha