Droits de l'Homme |
2017-12-06

Retour de 2,5 millions d'Irakiens déplacés

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Des familles déplacées de la province de Ninive se préparent à quitter les camps où elles avaient trouvé refuge contre « l'État islamique » et à regagner leurs maisons. [Photo extraite de la page Facebook du ministère irakien des Migrations et des Déplacements]
Des familles déplacées de la province de Ninive se préparent à quitter les camps où elles avaient trouvé refuge contre « l'État islamique » et à regagner leurs maisons. [Photo extraite de la page Facebook du ministère irakien des Migrations et des Déplacements]

La commission gouvernementale chargée de permettre aux déplacés internes (PDI) de rentrer dans leurs zones d'origine a réussi à ce jour à faire revenir 2,5 millions d'Irakiens, ont expliqué des responsables à Diyaruna.

Ce chiffre représente près de la moitié de tous ceux qui avaient été contraints de fuir mi-2014, lorsque « l'État islamique » (Daech) s'était emparé d'une grande partie du pays.

Ces trois dernières années, Daech a entraîné le déplacement de 5,4 millions d'Irakiens, ont fait savoir les Nations unies dans un rapport publié le 11 octobre.

Gérer les déplacements est l'une des principales priorités du gouvernement, selon Mouthir Mohammed Saleh, conseiller économique auprès du Premier ministre Haider al-Abbadi.

À ce jour, a-t-il expliqué à Diyaruna, le gouvernement a réussi à renvoyer 2,5 millions de DI dans leurs foyers, et une commission de haut niveau a été chargée d'apporter les services de base nécessaires à leur réinstallation.

Le processus de retour est « la première étape d'un plan et d'une vision gouvernementale complète pour réhabiliter toutes les villes affectées par le terrorisme », a poursuivi Saleh.

Cette commission travaille avec les autorités locales pour rétablir l'électricité et fournir de l'eau potable, des rations alimentaires, un enseignement et des services sanitaires, afin de créer un environnement favorable à la reprise d'une vie normale, a-t-il ajouté.

Les efforts de reconstruction du gouvernement comprendront également la reconstruction ou la réparation des infrastructures endommagées, comme les ponts et les centrales électriques, a précisé Saleh.

Aide nationale et internationale

Une importante conférence de donateurs qui se tiendra au Koweït en février 2018 en vue de financer les efforts de reconstruction de l'Irak devrait apporter une aide pour les coûts et les défis de la reconstruction des zones dévastées par Daech.

« Nous avons mené des enquêtes et des études complètes pour les présenter aux participants à cette conférence afin qu'ils puissent avoir une vision précise de l'étendue des dégâts dans notre pays », a ajouté Saleh.

Il a anticipé une approche à deux niveaux des contributions des pays participants, dont une partie sous forme de prêts et de dons à l'Irak pour aider à supporter le coût de la reconstruction.

Les autres contributions prendront la forme de projets d'investissement transsectoriels axés sur le développement, qui permettront aux citoyens irakiens de participer aux efforts de reconstruction dans les zones libérées et d'améliorer leur propre situation.

Il est très important de soutenir les économies des villes libérées, a expliqué à Diyaruna l'économiste Majid al-Suwari.

« La résolution de la question des déplacements doit s'inscrire dans d'importants efforts nationaux en mesure de favoriser un développement complet et durable dans les villes, notamment celles affectées par le terrorisme », a-t-il ajouté.

Parvenir à cet objectif signifie se concentrer sur l'investissement et sur l'utilisation efficace des ressources matérielles et humaines, a-t-il poursuivi, ainsi que sur la lutte contre toutes les formes de corruption et la mise en place d'un système de gestion efficace.

« Nous progressons »

Le ministère des Migrations et des Déplacements s'efforce d'encourager les personnes déplacées à revenir volontairement dans les zones libérées, a indiqué Sattar Nuruz, directeur des subventions du ministère.

« Le ministère collabore avec d'autres ministères pour assurer toutes les conditions préalables à leur retour », a-t-il indiqué à Diyaruna. « Nous travaillons pour faire sortir les DI des camps et les ramener chez eux ».

« Nous progressons », a-t-il ajouté, soulignant que les familles qui rentrent bénéficient de rations alimentaires et de produits ménagers de base.

« Le nombre de personnes qui reviennent est rassurant et en augmentation rapide », a-t-il déclaré.

Dans la province de Ninive, plus de 300 000 personnes déplacées sur un total d'un million ont regagné leurs foyers depuis fin 2016.

L'est de Mossoul, le sud-est de la province de Ninive et Tal Afar sont les régions ayant enregistré les plus grands nombres d'habitants revenant, a encore indiqué Nuruz.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 1
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha