Sécurité |
2017-12-04

Les Forces de sécurité intérieure prennent en main la sécurité d'al-Raqqa

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Un membre des Forces de sécurité intérieure contrôle les papiers d'identité à l'une des entrées de la ville d'al-Raqqa. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]
Un membre des Forces de sécurité intérieure contrôle les papiers d'identité à l'une des entrées de la ville d'al-Raqqa. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont commencé à remettre certains quartiers d'al-Raqqa aux Forces de sécurité intérieure (FSI) après en avoir expulsé « l'État islamique » (Daech) et avoir achevé les opérations de déminage et de déblaiement des gravats.

Le transfert des fonctions de sécurité se déroule de manière régulière et ordonnée à la fin des travaux dans chaque nouveau quartier, tel que cela avait été planifié et préparé avant la libération de la ville, ont expliqué des responsables locaux à Diyaruna.

Une fois la ville libérée, les FDS ont annoncé qu'elles en remettraient le contrôle au Conseil de sécurité d'al-Raqqa, a rappelé à Diyaruna Moustafa Bali, directeur du centre de presse des FDS.


Le quartier général des FSI à al-Raqqa a été reconstruit pour accueillir les citoyens. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Le quartier général des FSI à al-Raqqa a été reconstruit pour accueillir les citoyens. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Ce conseil gérera l'administration de la ville, a-t-il précisé, et les FSI se chargeront des tâches de maintien de l'ordre et de respect de la loi.

« À la phase de libération de la ville a succédé celle du nettoyage des restes de la guerre et des mines posées par Daech et celle consistant à assurer la sécurité de la ville », a-t-il rapporté.

« Cela se fait en suivant un plan bien échafaudé, et une fois qu'il apparaît certain que tout danger a été totalement éliminé, les responsabilités de la sécurité sont transférées aux FSI, qui ont déjà pris la charge de nombreux secteurs. »

Cette procédure sera poursuivie jusqu'à ce que les FSI aient pris en charge l'ensemble de la ville et de la province, a-t-il indiqué, ajoutant que « les FSI se sont vu confier les districts d'al-Mashlab, d'une large portion de la vieille ville d'al-Raqqa, de Rumayla, Nazlat Shehada, al-Jazra et al-Tayyar ».

« Des centaines de jeunes se sont portés volontaires pour travailler avec les FSI, qui comptent maintenant plus de 1 000 membres », a-t-il expliqué, soulignant que les membres des FSI sont des citoyens syriens et des natifs de la province d'al-Raqqa.

Des bureaux administratifs pour aider les habitants

Les FSI se déploient aux entrées de la ville et dans les quartiers récemment nettoyés d'al-Raqqa en coopération avec les FDS et le conseil civil d'al-Raqqa, a expliqué Ramez al-Hussein, volontaire dans les rangs des FSI.

Les FDS sont positionnées à un certain nombre de points stratégiques à l'extérieur de la ville pour prévenir toute attaque par des éléments terroristes, a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Les FSI sont chargées de contrôler tous ceux qui entrent et sortent des quartiers dont se sont retirées les FDS », a-t-il ajouté.

Al-Hussein a expliqué qu'elles contrôlent les papiers d'identité des personnes entrant et sortant de la ville, et qu'elles surveillent toute activité suspecte pouvant être le fait de cellules dormantes de Daech.

« De plus, [les FSI] résolvent des litiges entre citoyens, vérifient les papiers de tous les véhicules et engins, en particulier des engins agricoles, et empêchent la circulation d'armes et de drogue », a-t-il précisé.

Elles préviennent également les vols et les atteintes aux biens personnels, a-t-il ajouté.

« Les volontaires dans les rangs des FSI obtiennent leur diplôme de l'académie de police militaire d'Aïn Issa après avoir suivi une formation comprenant un entraînement militaire, physique et idéologique », a expliqué al-Hussein, soulignant que les FSI attribuent les missions en fonction des spécialités de chaque diplômé.

Un bureau de contrôle de la circulation a été ouvert dans la ville pour contrôler la circulation et saisir les véhicules volés, a-t-il précisé.

Par ailleurs, un bureau de prévention du crime organisé travaille à faire appliquer une interdiction totale du port d'arme.

Un bureau du diwan (bureau administratif) est chargé de traiter les transactions de papiers et les demandes d'accords de sécurité dont ont besoin les citoyens pour revenir dans la ville.

« Le siège des FSI dans la ville d'al-Raqqa et ses différents bureaux ont été meublés pour que le personnel puisse y travailler », a indiqué al-Hussein, ce qui inclut l'accueil des citoyens et le traitement de leurs demandes et de leurs doléances.

Le travail des FSI est « vital »

Mouhammed al-Halaq, habitant d'al-Raqqa âgé de 70 ans, a expliqué à Diyaruna que les habitants qui sont revenus en ville ou s'y rendent régulièrement sont « très soulagés lorsqu'ils voient les postes de contrôle et les patrouilles des FSI dans la ville ».

« Le simple fait que la sécurité soit gérée par une agence de sécurité spécialisée est une indication que la vie dans la ville revient progressivement à la normale », a déclaré pour sa part al-Halaq, un habitant d'al-Mashlab.

Le travail des FSI est « vital » pour veiller à ce que la sécurité soit assurée et à ce que vols et crimes puissent être empêchés, a-t-il ajouté.

Les habitants qui ont regagné leur maison respectent scrupuleusement les consignes émises par les responsables des FSI, a-t-il ajouté, car « ils savent que ces consignes ont été appliquées pour les servir et protéger leur vie ».

L'ordre de se tenir éloigné des zones qui restent encore à débarrasser des mines et des résidus de la guerre est particulièrement important, a-t-il affirmé.

« La plupart des membres des FSI sont des natifs de la ville, ce qui renforce leur aptitude d'interaction avec les habitants qui reviennent », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 0
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha