Sécurité |
2017-10-20

Les villes irakiennes libérées se libèrent des chaînes de Daech

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Des boulangers font leur pain dans l'ouest de Mossoul, où les services sont en cours de rétablissement  et les efforts de reconstruction sont en cours après l'éviction de « l'État islamique ». [Photo extraite de la page Facebook « La bataille pour Ninive »]
Des boulangers font leur pain dans l'ouest de Mossoul, où les services sont en cours de rétablissement  et les efforts de reconstruction sont en cours après l'éviction de « l'État islamique ». [Photo extraite de la page Facebook « La bataille pour Ninive »]

Les villes irakiennes libérées de « l'État islamique » (Daech) jouissent d'un haut niveau de sécurité qui permet le retour des habitants déplacés et le début des efforts de reconstruction.

À Mossoul, qui était le plus grand bastion du groupe en Irak, les habitants reprennent peu à peu leur vie normale, alors que les familles déplacées commencent à revenir.

Cela est rendu possible grâce à l'amélioration de la sécurité et des services, a expliqué Wissam Ammar, un habitant du quartier d'al-Arabi dans la partie est de Mossoul.

« Reconstruire la ville telle qu'elle était jadis ne sera pas facile », a-t-il indiqué à Diyaruna, soulignant que la reconstruction est une priorité essentielle pour les habitants au vu du niveau actuel de sécurité dans cette ville de la province de Ninive.

« Avec un tel niveau de sécurité, tout peut être réparé », a-t-il ajouté.

Ouverture des canaux de communication

Le commandement des opérations militaires conjointes dispose de plans de maintien de la sécurité qui s'attachent à mettre en place un système de renseignements efficace et à rétablir la confiance de la population locale, a déclaré son porte-parole, le général de brigade Yahya Rasoul à Diyaruna.

« Après avoir libéré les villes et les avoir débarrassées des mines et des restes de la guerre, nous nous occupons maintenant de tenir le terrain et de protéger les gens », a-t-il affirmé. « Nous avons commencé à renforcer notre service de renseignements et travaillons à adopter de nouvelles méthodes. »

Des opérations préventives sont en cours pour traquer les cellules dormantes de Daech, a-t-il poursuivi, ajoutant que les forces irakiennes avaient « démantelé et détruit plusieurs de ces cellules ».

De bons canaux de communication entre les habitants et les forces de sécurité sont de toute première importance pour tous les efforts visant à asseoir la sécurité, a souligné Rasoul.

À la suite des batailles, « un fort niveau de confiance » s'est établi des deux côtés, a-t-il poursuivi. « Nous souhaitons renforcer cette relation afin de pouvoir instaurer un climat où les gens travaillent avec les forces de sécurité au maintien de la stabilité. »

C'est ainsi que des opérations anti-Daech ont récemment été menées en réponse à des renseignements fournis par la population locale, a-t-il poursuivi, faisant état d'une frappe menée le 7 octobre contre un rassemblement de Daech à al-Qaim comme l'exemple le plus récent illustrant cette coopération.

« Des terroristes prévoyaient des attaques dans Bagdad, la capitale, et dans la province de Najaf », a-t-il raconté, ajoutant qu'un haut dirigeant étroitement lié à Abou Bakr al-Baghdadi faisait partie des hommes abattus lors de cette opération.

« Une culture qui exclut le terrorisme »

« La stabilité dans les villes libérées est essentielle à leur reconstruction et à leur développement », a déclaré Hisham al-Hashimi, chercheur spécialisé dans l'étude des mouvements extrémistes.

Mais la stabilité requiert une justice transitionnelle, le retour des populations déplacées et la promotion d'une culture qui exclut le terrorisme, a-t-il expliqué à Diyaruna.

Pour rétablir et assurer la stabilité, a-t-il poursuivi, le gouvernement doit parrainer des programmes complets de lutte contre le terrorisme qui touchent un grand nombre de personnes.

« Nous devons encourager les gens dans les mosquées et dans les écoles ainsi que par internet et tous les canaux de communication à assumer leur part de responsabilité dans le maintien de la sécurité », a-t-il ajouté.

Al-Hashimi a mis en garde contre le risque de ne pas assumer cette responsabilité, soulignant qu'un tel manquement reviendrait à déshonorer les sacrifices consentis et les succès militaires obtenus.

Des progrès réguliers dans la province de Ninive

La province de Ninive, libérée fin août, a connu une hausse notoire des efforts de reconstruction, a expliqué à Diyaruna Abdoul Rahman al-Wakaa, membre du conseil provincial.

« Nous réalisons des progrès, bien que lents en raison de l'insuffisance des financements », a-t-il précisé.

Dans l'est de Mossoul, les services de l'eau et de l'électricité ont été rétablis et toutes les municipalités fonctionnent désormais, a indiqué al-Wakaa.

Mais la partie ouest de la ville « souffre encore de coupures dans les services de base », a-t-il ajouté, soulignant que les habitants « ont rouvert leurs magasins et nettoyé eux-mêmes les rues et les ruelles ».

Deux ponts qui relient l'est et l'ouest de Mossoul sont en cours de réparation, tandis qu'un troisième à al-Qayyarah, au sud de Mossoul, a été réparé par une division du génie militaire.

« Nous avons encore beaucoup à faire, mais nous poursuivons nos efforts », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 1
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha