Sécurité |
2017-10-20

Les FDS saluent la victoire d'al-Raqa, mais le transfert est suspendu

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Une femme pleure en regardant sa maison à al-Raqa, vendredi 20 octobre, après que  «l'Etat islamique en Irak et en Syrie» ait été expulsé de la ville par les Forces Démocratique Syriennes . [Bulent Kilic / AFP]
Une femme pleure en regardant sa maison à al-Raqa, vendredi 20 octobre, après que «l'Etat islamique en Irak et en Syrie» ait été expulsé de la ville par les Forces Démocratique Syriennes . [Bulent Kilic / AFP]

Vendredi 20 octobre, les Forces Démocratiques syriennes (FDS) ont salué une "victoire historique" sur "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) dans la ville d'al-Raqa et ont promis de transférer le pouvoir à une administration civile.

L'alliance d'opposition arabo-kurde a tenu une cérémonie officielle dans le stade de la ville trois jours après avoir complètement repris al-Raqa, le cœur du "califat" de l'EIIS.

Mais les FDS n'ont pas transféré l'autorité au conseil civil d'al-Raqa, car ils ont dit que plusieurs opérations d'élimination de munitions doivent être effectuées avant que la ville ne puisse être laissée entre les mains de civils.

Le porte-parole des FDS Talal Sello, s'exprimant devant des combattants et des membres du conseil, a déclaré que la victoire de cette semaine contre l'EIIS est dédiée à "l'humanité entière".

Lors de la cérémonie, tenue dans le stade où les combattants de l'EIIS ont livré, mardi dernier, leur dernière bataille dans la ville, Sello a promis que les FDS transféreraient bientôt le pouvoir.

"Après la fin des opérations de nettoyage ... nous remettrons la ville au conseil civil d'al-Raqa", a-t-il indiqué.

Destruction à grande échelle

Sello a souligné que les FDS maintiendraient leur présence dans la région.

"Le retour des civils à al-Raqa n'aura pas lieu de manière importante pendant de nombreuses semaines, vu la quantité d'engins explosifs que l'EIIS a laissés dernière lui", a déclaré le porte-parole militaire français, Patrik Steiger.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, al-Raqa a été lourdement endommagé pendant la bataille qui a fait plus de 3 200 morts, dont 1 130 civils.

Ahmed al-Ali, ducomité de reconstruction du conseil civil d'al-Raqa , a exprimé son étonnement quant au niveau de destruction avant la cérémonie.

"je suis venu à la ville pour la première foi depuis sa libération ," a-t-i dit.

"Je n'ai pas pu avoir accès à ma maison sur la rue al-Qitar", a-t-il ajouté, fondant en larmes et s'éloignant.

Un de ses collègues, Mahmoud Mohamed, a admis que son idée de ce que la reconstruction impliquerait a changé dès qu'il est entré à al-Raqa.

"Quand nous sommes entrés dans la ville, le plan a complètement changé", a-t-il précisé, ajoutant que l'état de la ville était "tellement pire" de ce qu'il avait imaginé.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 2
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha