http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2017/10/17/feature-02

×
×
Sécurité |

L'EIIS perd son « califat » alors que les FDS déclarent une victoire majeure à al-Raqqa

AFP

Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) se rassemblent sur la célèbre place al-Naim d'al-Raqqa le 17 octobre après avoir repris la ville à « l'Etat islamique en Irak et en Syrie». [Bulent Kilic/AFP]

Mardi 17 octobre, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont déclaré avoir repris le contrôle de la totalité d'al-Raqqa à « l'Etat islamique en Irak et en Syrie» (EIIS), battant les derniers repaires extrémistes dans la capitale syrienne de facto de leur « califat » désormais en ruines.

A al-Raqqa, des combattants de l'alliance arabo-kurde ont manifesté leur joie et ont hissé leur drapeau jaune sur le rond-point d'al-Naim de la ville, qui a été baptisé « le rond-point de l'enfer » après qu'il ait été utilisé pour des exécutions publiques.

« Le rond-point de la mort est redevenu le rond-point d'al-Naim », ont fêté les combattants, entourés par les bâtiments effondrés et les voitures brûlées endommagés lors de la féroce bataille pour la ville.

Les FDS, qui se battaient dans cette ville du nord du pays depuis le 6 juin ont chassé les quelques centaines de combattants de l'EIIS restants dans al-Raqqa de leurs dernières positions à l'hôpital principal et au stade national.

« Tout est fini à al-Raqqa, nos forces ont pris le contrôle de toute la ville », a fait savoir à l'AFP le porte-parole de l'alliance Talal Sello.

Il a rapporté que les FDS fouillaient la ville pour trouver des éléments restants de l'EIIS ne s'étant pas encore rendus ou n'ayant pas encore été tués, ajoutant qu'une grande opération de déminage est déjà en cours.

« Les opérations militaires à al-Raqqa ont pris fin, mais des opérations de nettoyage sont en cours pour révéler les possibles cellules dormantes et pour déminer », a précisé Sello.

Cette annonce a été faite quelques jours seulement après que les FDS aient déclaré le lancement de la phase finale de son opération visant à reprendre la ville.

Combats intenses

L'on craignait que l'alliance s'embourbe dans une longue bataille pour les derniers 10% de la ville, où les éléments de l'EIIS s'étaient préparés pour une dernière résistance.

Les FDS ont rapporté que les combats avaient été intenses mardi autour de l'hôpital et du stade, mais l'un comme l'autre a rapidement été repris, mettant fin à plus de trois ans de présence militaire de l'EIIS dans la ville.

Sello a fait savoir qu'une déclaration officielle annonçant « la libération de la ville » sera bientôt faite.

La bataille pour la ville a été intense, l'Observatoire syrien des droits de l'homme indiquant mardi que plus de 1 000 civils avaient été tués dans les combats.

Cet organisme de veille a estimé le bilan total de la bataille à 3 250 morts, dont 1 130 civils, et a ajouté que des centaines d'autres sont toujours portés disparus.

Des dizaines de milliers de civils ont fui les combats, certains étant partis avant l'arrivée des FDS, d'autres ayant fui dans la direction des forces alors qu'elles progressaient dans la ville.

L'EIIS réduit à « un territoire nain »

Pour Umm Abdoullah, habitant d'al-Raqqa ayant fui la ville il y a trois ans, l'annonce de sa capture par les FDS avait été bouleversante.

« Je ne peux pas décrire ma joie », a déclaré cet homme de 44 ans à l'AFP dans la ville de Kobani, au nord d'al-Raqqa.

« Lorsque ma sœur m'a dit que la ville avait été libérée, elle a commencé à pleurer, puis j'ai commencé à pleurer. Merci, Dieu, merci. »

Après la capture d'al-Raqqa par Daech en 2014, la ville est devenue synonyme des pires exactions du groupe, et a été transformée en centre de planification pour les attaques à l'étranger.

Sa reconquête laisse le groupe avec un « territoire nain » dans la province voisine de Deir Ezzor, a fait savoir Nicholas Heras, membre du groupe de réflexion « Centre for a New American Security ».

« L'EIIS sera principalement confiné dans une bande de terre le long de la vallée de l'Euphrate moyen dans la province de Deir Ezzor », a-t-il expliqué.

« Cela sera le centre de gravité pour l'EIIS en Syrie. »

Aimez-vous cet article?
0

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha