Politique |
2017-10-13

L'Iran cherche à séduire les civils dans une zone stratégique près de Damas

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Un représentant de la fondation Jihad al-Bina parle avant la distribution de l'aide scolaire dans la ville syrienne d'al-Batiha, en dehors de Damas. Les initiatives caritatives iraniennes en Syrie étaient menées discrètement, mais elles sont maintenant menées ouvertement pour attirer l'attention. [Photo fournie par de Mohammed al-Beik]
Un représentant de la fondation Jihad al-Bina parle avant la distribution de l'aide scolaire dans la ville syrienne d'al-Batiha, en dehors de Damas. Les initiatives caritatives iraniennes en Syrie étaient menées discrètement, mais elles sont maintenant menées ouvertement pour attirer l'attention. [Photo fournie par de Mohammed al-Beik]

L'Iran a cherché à accroître son influence dans la région autour de Damas en gagnant les cœurs et les esprits à travers les soi-disant institutions charitables affiliées à son Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), ont déclaré à Diyaruna des activistes.

Ces efforts ont ciblé les familles vulnérables qui sont les plus touchées par la guerre, qui a été exacerbée et prolongée par le Hezbollah soutenu par l'Iran, classé par le Trésor américain comme un groupe terroriste spécialement désigné.

Les familles qui ont perdu leur principal soutien de famille sont particulièrement concernées.

Il y a quelques mois, la fondation Jihad al-Bina, affiliée au CGRI et dirigée par le Hezbollah, qui est également désignée comme groupe terroriste mondial désigné, a commencé à fournir de l'aide alimentaire aux habitants d'al-Batiha dans la banlieue de Damas.

Selon le Trésor, Jihad al-Bina, une entreprise de construction basée au Liban, créée et exploitée par le Hezbollah, reçoit un financement direct de l'Iran.

"Le Hezbollah opère le Jihad al-Bina pour ses propres besoins de construction et pour attirer le soutien populaire par la fourniture de services de construction civile", a déclaré le Trésor, notant que la fondation "a utilisé des moyens trompeurs pour trouver des financements pour des projets d'organisations internationales de développement".

Les résidents locaux signalent que la fondation est actuellement engagée dans une offensive de relations publiques dans la région d'al-Batiha, qui abrite également le camp de réfugiés d'Al-Wafideen.

La zone de la banlieue de Damas a connu de graves difficultés économiques en raison de la détérioration de la situation sécuritaire, a déclaré l'activiste Mohammed al-Beik, du comité local de coordination de la Ghouta orientale.

Les résidents de cette région sont un mélange de réfugiés syriens et palestiniens qui ont historiquement souffert de la négligence du gouvernement, du chômage élevé et du manque de services de base tels que l'eau et l'électricité, a-t-il dit.

Partie d'un plan plus grand

Malgré sa pauvreté et sa nature rurale, al-Batiha est importante car elle fait partie d'une zone autour de Damas, le régime syrien et ses alliés, y compris le Hezbollah et le CGRI, l'appelant "La Syrie utile".

Le régime syrien s'est engagé dans une stratégie orientée pour ouvrir la voie à l'avenir de la Syrie en créant une zone tampon de résidents sympathiques au régime autour des bastions du régime et en chassant les dissidents, ont dit des analystes à Diyaruna.

Jihad al-Bina a commencé à faire des progrès dans ce domaine en offrant de petites aides aux familles les plus pauvres, prétendant aider les veuves et les orphelins.

Une campagne récente a inclus la distribution d'articles simples tels que des crayons, des cahiers et d'autres fournitures scolaires aux orphelins et aux enfants pauvres, a dit al-Beik.

Certains habitants se méfient des motivations de la fondation, mais sont réticents à exprimer leurs inquiétudes, car les agents de renseignement syriens sont connus pour accompagner les délégations du CGRI lors de leurs visites dans la région.

"Jihad al-Bina travaille également à travers un nombre d'organisations d'aide syrienne, afin de se déplacer librement et de pénétrer profondément à travers le territoire syrien", a-t-il dit.

Il a noté que ces initiatives avaient été prises discrètement, mais elles sont maintenant menées ouvertement et avec une fanfare qui semble être conçue pour attirer l'attention.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 8
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha