Sécurité |
2017-09-20

Les Forces démocratiques syriennes s'emparent de 90 % d'al-Raqqa

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Un soldat des Forces démocratiques syriennes tient une position dans un bâtiment endommagé le 4 septembre à al-Raqqa. Le 20 septembre, cette alliance d'opposition arabo-kurde a annoncé avoir chassé Daech de 90 % de la ville. [Delil Souleiman/AFP]
Un soldat des Forces démocratiques syriennes tient une position dans un bâtiment endommagé le 4 septembre à al-Raqqa. Le 20 septembre, cette alliance d'opposition arabo-kurde a annoncé avoir chassé Daech de 90 % de la ville. [Delil Souleiman/AFP]

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont repris 90 % d'al-Raqqa à « l'État islamique » (Daech), a fait savoir l'Observatoire syrien des droits de l'homme mercredi 20 septembre.

L'alliance d'opposition arabo-kurde a annoncé être dans les « phases finales » de la capture du bastion syrien du groupe.

Assiégé dans cette ville du nord depuis trois mois, Daech lutte pour défendre ce qui était son bastion sous un barrage de frappes aériennes menées par la coalition internationale.

« L'intensité des frappes aériennes de la coalition a poussé Daech à se retirer d'au moins cinq quartiers majeurs au cours des dernières 48 heures », a fait savoir Rami Abdel Rahman, directeur de l'observatoire. « Ceci a permis aux FDS de contrôler 90 % de la ville. »

Daech s'est retiré de la ville du nord du pays et a abandonné ses silos à grain et ses moulins, a rapporté Abdel Rahman.

Le groupe est désormais confiné au centre de la ville, dans des bâtiments administratifs, dans le stade et dans des tunnels.

Les FDS ont indiqué avoir lancé une « attaque-surprise » contre Daech dans le nord de la ville.

« Nous considérons cela comme les phases finales de la campagne Colère de l'Euphrate, qui touche à sa fin », a annoncé un communiqué.

Daech s'était emparé d'al-Raqqa début 2014, faisant de cette ville la capitale syrienne du « califat » qu'il avait déclaré après avoir pris le contrôle de grandes parties de la Syrie et de l'Irak.

Elle est rapidement devenue synonyme des pires atrocités du groupe, incluant des décapitations publiques, et Daech aurait utilisé la ville pour planifier des attaques à l'étranger.

Le siège a épuisé Daech

Les FDS ont passé des mois à encercler la ville avant d'y entrer en juin et de bloquer toutes les routes d'accès.

Abdel Rahman a indiqué que le siège avait usé les capacités défensives de Daech.

« Après que des centaines de leurs camarades aient été tués au cours des dernières semaines, les combattants restants de Daech ne pourront pas résister encore longtemps à al-Raqqa, leur matériel militaire et leurs besoins essentiels étant en diminution », a-t-il expliqué.

Sans nourriture ni équipement médical, Daech n'a pas pu traiter ses blessés, et s'est retiré dans le centre-ville, qu'il a considéré comme étant « le plus sûr », a-t-il décrit.

Mais la bataille pour les 10 % de la ville encore tenus par Daech devrait être difficile, car le groupe a lourdement miné la zone, a fait savoir Abdel Rahman.

Daech a utilisé des mines, des snipers, des voitures piégées et des drones armés contre l'offensive des FDS.

Des dizaines de milliers de civils ont fui les combats au cours des derniers mois. Les estimations concernant les personnes se trouvant encore dans la ville vont de 10 000 à 25 000.

Dans leur déclaration de mercredi, les FDS ont indiqué avoir aidé des centaines de civils à fuir la ville ces derniers jours.

« Nous poursuivrons la campagne jusqu'à atteindre notre objectif », a affirmé Jihan Sheikh Ahmed, porte-parole des FDS pour l'offensive sur al-Raqqa.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 0
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha