http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2017/09/15/feature-03

×
×
Sécurité |

La joie retrouvée des enfants dans Mossoul libérée de Daech

Par Alaa Hussain à Bagdad

image

Des enfants de Mossoul assistent à un grand festival dans les jardins du parc al-Kafaat al-Ula, dans l'est de la ville. [Photo tirée de la page Facebook de Ninive d'abord]

Des ballons colorés emplissent le ciel, offrant une scène que Mossoul n'avait plus vue depuis des années, alors que les jardins du parc al-Kafaat al-Ula, situé dans la partie est de la ville, se remplissaient de centaines d'enfants venus assister à un grand festival en compagnie de leurs parents.

Ces dernières années, sous le régime de « l'État islamique » (Daech), Mossoul avait un air très différent : au lieu d'être un terrain de jeu pour les enfants, la ville ressemblait plus à une prison, les endoctrinant à la culture de la haine et de la violence.

Ce festival, organisé par 30 militants de l'organisation Ninive d'abord et tenu le troisième jour de la fête de l'Aïd al-Adha, tente de changer tout cela et d'ouvrir un nouveau chapitre pour les enfants de cette ville qui n'ont que trop souffert.

Le festival a ouvert ses portes sur le message suivant : « Accompagnez vos enfants et enseignez-leur l'amour et la paix. Passez de bons moments dans un festival qui met de la joie dans les cœurs d'enfants fatigués de la guerre ».

image

Des enfants de Mossoul brandissent des drapeaux irakiens en signe d'unité nationale lors d'un important festival à Mossoul organisé par Ninive d'abord. [Photo extraite de la page Facebook de Ninive d'abord]

image

Des volontaires gonflent des ballons lors d'un récent festival pour enfants organisé à Mossoul par Ninive d'abord. [Photo extraite de la page Facebook de Ninive d'abord]

Les familles ont amené leurs enfants au parc, alors que la police irakienne montait la garde, pour profiter de tout un ensemble de manifestations et d'activités artistiques et récréatives.

Parmi elles, des pièces de théâtre montées par des élèves de l'Institut des Beaux-Arts pour promouvoir les arts du théâtre, une exposition de dessins et différents concours.

Effacer les effets de la guerre

« Ce festival a pour but de débarrasser les enfants des effets de la guerre et des destructions et de leur fournir une thérapie pour les mauvais états psychologiques causés par les souffrances endurées ces trois dernières années », a expliqué le coordinateur du festival Laith al-Rashidi.

« Ce festival est le premier de ce type à être organisé dans la province depuis qu'elle a été libérée du joug du groupe terroriste de Daech », a-t-il indiqué.

Plus de 3 000 personnes venues des deux côtés de la ville ont assisté à ce festival, parmi lesquelles 600 enfants, a-t-il précisé.

Elles ont grandement apprécié les différentes parties du festival et ont répondu en grands nombres aux invitations à visiter l'exposition de photos d'Ahmed Hazem, un photographe qui a documenté le déplacement des enfants de la ville, a ajouté al-Rashidi.

« Les parents ont été enthousiastes à l'idée de participer à un événement qui permettait de soulager leurs enfants des tragédies de la période passée, et de nombreux chefs d'entreprises et des institutions civiles ont offert des cadeaux aux enfants venus y assister », a-t-il expliqué.

« L'organisation Ninive d'abord a également reçu de nombreuses demandes pour renouveler l'expérience et pour ouvrir d'autres zones récréatives pour soutenir les enfants de Mossoul », a-t-il poursuivi.

Ensemble sous une même tente

Bashar Adnan, coordinateur du concours du festival, a expliqué à Diyaruna que les organisateurs avaient veillé à réunir l'ensemble des composantes de la société de Mossoul.

« Ce festival n'était pas destiné qu'aux seuls Arabes à l'exclusion des Kurdes, ni aux seuls sunnites à l'exclusion des chiites », a-t-il tenu à préciser. « Des personnes de toutes ethnies et de toutes les sectes y ont participé. »

« Notre but était de rassembler tous les Irakiens au cours d'un événement inclusif, basé sur la citoyenneté et non sur la secte ou la race », a-t-il poursuivi.

« Nous voulons apprendre aux enfants qu'ils n'ont qu'un seul drapeau, le drapeau irakien, qu'il n'existe aucune discrimination entre les composantes de la même population, et que l'avenir est devant eux et les attend pour réaliser tous leurs rêves », a ajouté Adnan.

L'ère de Daech a eu un impact négatif sur les enfants de Mossoul, a-t-il souligné, rappelant que comme tous les enfants sont facilement influencés par ce qu'ils voient et entendent, il était logique que ceux de Mossoul soient affectés par les scènes de meurtres et de destruction.

« Nous travaillons à répondre à cette situation et cherchons à les rééduquer conformément aux principes de l'union nationale », a-t-il expliqué.

« Il faudra plus de temps et d'effort pour accomplir cette tâche ; un seul festival n'y suffira pas. »

D'autres activités prévues

Adnan a indiqué qu'il se prépare actuellement à participer à deux autres festivals avec des groupes artistiques d'enfants à Mossoul, dont les deux visent à développer les talents et à cultiver les capacités artistiques, littéraires et culturelles des enfants de la ville.

« De nombreuses installations éducatives et récréatives seront ouvertes pour les enfants de Mossoul, dans le but de surmonter les défis auxquels est confrontée la province après sa libération », a expliqué à Diyaruna le maire de Mossoul, Zuhair al-Araji.

À l'occasion de l'Aïd al-Adha, a-t-il dit, la province a rouvert le parc de loisirs de Dijla City, l'un des plus grands de la ville.

Aux côtés d'autres activités, cela aidera à rétablir un sentiment de normalité chez les enfants de la ville et leur fournira une occasion de jouer et de s'amuser.

Aimez-vous cet article?
2
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha