Droits de l'Homme |

2017-09-11

Les prisonniers exécutés de Badush retrouvés dans des fosses communes

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Une équipe d'experts s'emploie à récupérer les restes des victimes de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" d'une fosse commune dans la province de Salaheddine dans cette photo, posté en ligne le 16 juillet. [Photo de la page Facebook du ministère irakien de la Santé]
Une équipe d'experts s'emploie à récupérer les restes des victimes de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" d'une fosse commune dans la province de Salaheddine dans cette photo, posté en ligne le 16 juillet. [Photo de la page Facebook du ministère irakien de la Santé]

Les forces irakiennes ont trouvé deux nouvelles fosses communes au nord de Mossoul qui contiennent les restes de centaines de prisonniers de Badush qui avaient été tués par "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (IEIIS) il y a trois ans.

Depuis la découverte, les forces de sécurité ont examiné ce qui est arrivé à ces victimes et essayent d'exhumer le lieu de sépulture et de retrouver leurs restes, a déclaré le porte-parole du Commandement des opérations conjointes le général de brigade Yahya Rassoul.

Parlant avec Diyaruna mercredi 30 août, Rassoul a déclaré que les sites de sépultures à Badush, à 15 kilomètres au nord de Mossoul, avaient été trouvés quelques jours plus tôt.

Les deux contiennent les restes des détenus exécutés, a-t-il déclaré, notant que "l'un des sites contenait les restes de 430 victimes et les 70 autres, portant le total à 500".

Le gouvernement irakien a entrepris des efforts pour récupérer les restes humains des deux sites afin de faire un test de l'ADN pour chaque victime qui sera accompagné d'échantillons d'ADN prélevés sur les membres de la famille dans le but de les identifier, a-t-il déclaré.

La découverte a confirmé les précédents rapports médiatiques sur l'existence d'une fosse commune où sont enterrés les détenus exécutés, sur la base de témoignages de combattants locaux.

'Sans doute', les victimes sont des prisonniers

La première fosse commune dans la région a été découverte moins d'une semaine après que les forces irakiennes ont repris le 8 mars la prison de Badush à l'EIIS, a indiqué Rassoul.

La plupart des victimes proviennent des provinces du centre et du sud de l'Irak, ce qui indique que les exécutions ont été alimentées par le sectarisme, a-t-il ajouté.

"Il ne fait aucun doute que les deux tombes découvertes étaient celles des prisonniers de Badush", a déclaré à Diyaruna le président du comité de sécurité du conseil provincial de Ninive, Mohammed Ibrahim.

"Nous avons reçu des informations sur ce crime horrible", a-t-il indiqué, et avons entendu dire que l'EIIS" a tué pour la première fois tous les détenus "- environ 3 000 au total.

Le groupe a ensuite "identifié ceux qui provenaient des provinces du centre et du sud en s'appuyant sur des informations provenant d'autres détenus", a-t-il ajouté, avant de les tuer et de mettre le feu à leurs corps.

"Seuls une poignée de prisonniers ont survécu à ce massacre, avec l'aide des habitants qui les ont emmenés dans la région des Plaines de Ninive", a-t-il déclaré.

La plupart des prisonniers purgeaient des peines pour crimes mineurs lorsque l'EIIS a attaqué l'tablissement le 11 juin 2014, a déclaré Ibrahim.

Les experts s'emploient à identifier les corps

Depuis la découverte des fosses communes, une équipe de hauts fonctionnaires et d'experts médicaux de Ninive a été formée pour suivre à la situation, a souligné Ibrahim.

"L'équipe a encore un long chemin à parcourir, car tous les restes doivent être retrouvés et examinés médicalement", a-t-il expliqué. "Une fois que les victimes auront été identifiées, elles seront remises à leurs familles pour leur propre sépulture".

Les tombes nouvellement découvertes sont un autre exemple de la barbarie de l'EIIS et de ses innombrables crimes contre l'humanité, a déclaré Ghazwan Hamed, président du comité des droits de l'homme du conseil provincial de Ninive.

"Au cours des deux dernières années, un grand nombre de fosses communes ont été trouvées à Ninive, où des victimes innocentes de différentes souches sociales ont été enterrées", a-t-il indiqué à Diyaruna.

"Il y avait plusieurs tombes qui ont été trouvées dans les villes de Sinjar et Sinoni, mais la pire était la fosse commune à Al-Khasfa - ou ce qu'on a appelé "le trou de la mort", a-t-il dit.

Les corps des victimes n'ont pas été remis à leurs familles, mais ont été déversés les uns sur les autres dans la fosse commune d'al-Khasfa, près du quartier de Hamam al-Alil, dans le sud de Mossoul, a-t-il déclaré.

Au cours de son occupation de Mossoul, l'EIIS a commis des massacres contre les résidents de la ville qu'il a jugé déloyaux, a-t-il noté, estimant qu'il pourrait y avoir jusqu'à 5 000 corps dans les fosses communes de la région.

"Ces crimes témoignent de la période sombre dans notre pays et devraient être considérés comme un génocide par le monde", a-t-il affirmé.

Hamed a déclaré que son comité travaille à documenter toutes les violations commises par l'EIIS et à mettre en place des rapports détaillés à soumettre aux organisations compétentes.

Aimez-vous cet article?

3 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha