Terrorisme |
2017-07-19

Des activistes syriens publient les photos des déserteurs de Daech


Des activistes syriens expliquent à Diyaruna que Mouhammad al-Ibrahim, un élément de « l'État islamique » également connu sous le pseudonyme d'Abou Abdoul-Rahman al-Raqawi, a déserté le groupe et s'est enfui de Syrie. [Photo extraite de la page Facebook de l'Euphrates Post]
Des activistes syriens expliquent à Diyaruna que Mouhammad al-Ibrahim, un élément de « l'État islamique » également connu sous le pseudonyme d'Abou Abdoul-Rahman al-Raqawi, a déserté le groupe et s'est enfui de Syrie. [Photo extraite de la page Facebook de l'Euphrates Post]

Plusieurs activistes syriens ont expliqué à Diyaruna avoir publié les noms et les photos de militants de « l'État islamique » (Daech) qui ont déserté le groupe, dans le but de pouvoir les traquer et les tenir pour responsables de leurs crimes devant la loi.

Les désertions sont répandues au lendemain des lourdes défaites en Syrie et en Irak, de la réduction du territoire contrôlé par Daech et de la nette baisse d'influence, d'argent et de pouvoir -- qui constituent les facteurs qui avaient au départ attiré les combattants.

Les activistes syriens suivent de près les informations concernant les éléments de Daech qui ont fui les parties de Deir Ezzor et d'al-Raqqa encore sous le contrôle du groupe, a expliqué Faisal al-Ahmad, activiste dans les médias à Alep, et qui participe aux efforts visant à retrouver ces déserteurs.


Sayer Hammoud al-Bayini, membre de « l'État islamique » également connu comme Abou al-Fida, était chargé des relations publiques et des armes lourdes. Il est arrivé à Idlib et s'est déplacé en utilisant une fausse carte d'identité, sous le nom d'Abdoul-Rahman al-Ali al-Jassim. [Photo extraite de la page Facebook de l'Euphrates Post]

Sayer Hammoud al-Bayini, membre de « l'État islamique » également connu comme Abou al-Fida, était chargé des relations publiques et des armes lourdes. Il est arrivé à Idlib et s'est déplacé en utilisant une fausse carte d'identité, sous le nom d'Abdoul-Rahman al-Ali al-Jassim. [Photo extraite de la page Facebook de l'Euphrates Post]


Barakat al-Mouttalib, membre de « l'État islamique » également connu sous le pseudonyme de Kassoura al-Ishari, et ancien responsable de la sécurité au sein du groupe, est connu pour s'être enfui vers le nord de la Syrie. [Photo extraite de la page Facebook de l'Euphrates Post ]

Barakat al-Mouttalib, membre de « l'État islamique » également connu sous le pseudonyme de Kassoura al-Ishari, et ancien responsable de la sécurité au sein du groupe, est connu pour s'être enfui vers le nord de la Syrie. [Photo extraite de la page Facebook de l'Euphrates Post ]

« Le nombre de désertions a fortement augmenté à la suite des défaites que le groupe a connues en Syrie et en Irak », a-t-il indiqué à Diyaruna, soulignant qu'un grand nombre de ces déserteurs se rendent dans les zones libérées dans le nord de la Syrie.

Ils ont réussi à le faire en coordonnant leur fuite avec d'autres groupes armés qui leur assurent une protection ou organisent leur départ du territoire syrien vers des pays voisins, a-t-il précisé.

Certains d'entre eux auraient ainsi réussi à s'échapper vers la zone tri-frontalière entre la Syrie, l'Irak et la Jordanie, près du camp de Rukban, a-t-il indiqué, ajoutant que la plupart des éléments composant ce groupe sont des combattants étrangers.

Vives agitations au sein de Daech

« En publiant les noms et les photos des combattants en fuite de Daech, les activistes cherchent à les suivre dans les régions où ils ont fui et à rappeler à tous les crimes qu'ils ont commis lorsqu'ils étaient dans les rangs de Daech », a ajouté al-Ahmad.

Il a souligné que ces combattants avaient fui seulement après avoir été certains de la perte du soi-disant « califat » du groupe et de la perte de contrôle sur les régions qu'il occupait, avec la perte de pouvoir et d'argent que cela entraînait.

Les activistes ont appris que la confusion et la panique règnent désormais dans les rangs de Daech, qui organise des patrouilles intensives pour empêcher ses combattants de s'enfuir et surveille étroitement les zones tampons et les routes de la contrebande, a encore ajouté al-Ahmad.

Pour maintenir ses combattants sous une surveillance constante, Daech a publié un moratoire sur l'abandon de poste, a-t-il ajouté, et « les chefs de Daech ont visé les contrebandiers à Deir Ezzor, al-Raqqa et Yarmouk soupçonnés de superviser les itinéraires de fuite pour les déserteurs ».

« Les activistes ont confirmé que Daech avait exécuté dix de ses combattants syriens et irakiens dans le nord rural de la province d'al-Raqqa, qui prévoyaient, semble-t-il, de s'enfuir, et en a arrêté beaucoup d'autres pris alors qu'ils planifiaient ou tentaient de fuir », a-t-il indiqué.

Parmi eux se trouve « Nawaf Ibrahim Mouhsin al-Azzawi à Deir Ezzor, qui a déclaré renoncer à son serment d'allégeance au groupe et a affirmé son intention de quitter la zone », a précisé al-Ahmad.

Une longue liste de déserteurs

La liste des désertions confirmées de Daech est longue et mise à jour régulièrement, a ajouté al-Ahmad.

Parmi ceux dont les identités ont été confirmées se trouvent Barakat al-Mouttalib, également connu sous le pseudonyme de Kassoura al-Ishari, et Sayer Hamoud al-Bayini, également appelé Abou al-Fida, chef des relations publiques et responsable des armes lourdes, arrivé à Idlib porteur d'une fausse carte d'identité sous le nom d'Abdoul-Rahman al-Ali al-Jassim, a-t-il expliqué.

S'y trouvent également Abdoul-Hadi Abdoul-Latif al-Halloum, un haut responsable de la sécurité de Daech à al-Ashara, dans l'est de Deir Ezzor, et Abou Rabah al-Mouhajir, un ressortissant irakien qui s'est enfui en compagnie de quatre associés vers la région d'Idlib, et qui était l'un des comptables de Daech dans la région rurale de Deir Ezzor, a-t-il ajouté.

Parmi les autres membres dont on sait qu'ils ont fui la région orientale rurale de Deir Ezzor se trouvent trois frères, qui travaillaient dans la branche de la sécurité : Abdoul-Khaliq Ahmed al-Omair, Mohammed Ahmed al-Omair and Abdoul-Razzaq Ahmed al-Omair et leurs familles, a-t-il encore indiqué.

Par ailleurs, le haut responsable des médias de Daech, Mouhammad al-Ibrahim, « Abou Abdoul-Rahman al-Raqawi », serait arrivé en Turquie, a-t-il dit, en compagnie de Hamed al-Nouri, également connu sous le nom d'Abou Hamza al-Qaraani, l'émir en second du bureau de l'hesba (la « police religieuse ») du groupe, ainsi que Bashar al-Maddah, Ibrahim Khalil al-Bandar et Mahmoud al-Kassouba.

Aimez-vous cet article?

2 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha