Terrorisme |
2017-06-19

La Banque centrale d'Irak interdit une entreprise de transfert de fonds à cause de ses liens avec le terrorisme

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Des responsables de la Banque centrale et de l'Irak du Département du Trésor des États-Unis se sont rencontrés à Bagdad pour discuter de la lutte contre le financement du terrorisme. Le 18 juin, la banque a mis sur liste noire une entreprise de transfert de fonds de l'Anbar en raison de son implication avec des groupes terroristes. [Photo fournie par la Banque centrale d'Irak]
Des responsables de la Banque centrale et de l'Irak du Département du Trésor des États-Unis se sont rencontrés à Bagdad pour discuter de la lutte contre le financement du terrorisme. Le 18 juin, la banque a mis sur liste noire une entreprise de transfert de fonds de l'Anbar en raison de son implication avec des groupes terroristes. [Photo fournie par la Banque centrale d'Irak]

Lundi 19 juin, la Banque centrale d'Irak a confirmé avoir mis sur liste noire une société de transfert de fonds de l'Anbar, car elle avait réuni des fonds pour « l'État islamique » (Daech) et al-Qaïda.

« [Dimanche], la banque a placé al-Kawthar Money Transfer, entreprise basée à al-Qaim dans la province de l'Anbar, sur la liste noire », a indiqué à Diyaruna Yosr Jabbar, porte-parole de la Banque Centrale.

« Cette entreprise, possédée par Omar Mohammed Rahim al-Kubaysi, est impliquée dans le financement et l'aide aux groupes terroristes », a-t-il déclaré.

La banque a imposé des mesures strictes pour bloquer toutes les transactions bancaires ou financières menaçant la sécurité nationale, a-t-il ajouté.

« Lorsque nous sommes avertis par nos services financiers et de contrôle sur des transactions de ce type, nous interdisons immédiatement l'entreprise concernée, nous interrompons toutes les opérations directes et indirectes avec elle, et nous gelons ses avoirs », a-t-il expliqué.

Blocage du financement du terrorisme

« La banque comporte un bureau spécial qui s'occupe de lutter contre le blanchiment d'argent », a fait savoir Jabbar. « Il est administré indépendamment, conformément à la Loi irakienne de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme N° 39 de 2015. »

L'une de ses priorités est de lutter contre toutes les activités financières liées au financement du terrorisme, a-t-il fait savoir, ajoutant qu'il a aidé à « bloquer les opérations financières de Daech et à protéger le système financier du pays contre son exploitation par des groupes terroristes. »

« Depuis le début de l'année dernière, nous avons mis sur liste noire une centaine d'entreprises de transfert de fonds et de banquiers », a-t-il indiqué.

Les sièges de ces entreprises se trouvaient à Mossoul, Kirkouk et Bagdad, a-t-il indiqué.

« L'Irak se plie aux normes et décisions du Bureau de contrôle des avoirs étranger du Département du trésor des États-Unis pour lutter contre le financement du terrorisme », a fait savoir Jabbar.

« Nos efforts de respect et de mise en place de ces obligations ont été salués par le système financier international, et l'Irak est devenu un membre actif de celui-ci », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 3
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha