Les résidents de la région d'Idlib expulsent le FAN et ses alliés


Des manifestants protestent contre la présence du front d'al-Nosra et de ses alliés à Maarat al-Noaman le 11 juin. [Page Facebook de Maarat al-Noaman]

Des manifestants protestent contre la présence du front d'al-Nosra et de ses alliés à Maarat al-Noaman le 11 juin. [Page Facebook de Maarat al-Noaman]

  • + AJOUTER UN COMMENTAIRE
  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

Les résidents de Maarat al-Noaman dans la province d'Idlib en Syrie ont expulsé Tahrir al-Sham - une alliance de factions extrémistes qui comprend le front d'al-Nosra (FAN) - après des journées de manifestations et d'affrontements, a déclaré un militant local.

La ville avait été tendue après que les éléments de Tahrir al-Sham l'ont prise d'assaut au début de juin à la recherche de membres de la 13e Division, une faction affiliée à l'armée syrienne libre (ASL), a déclaré l'activiste Hani al-Noaman, originaire de Maarat al-Noaman .

Beaucoup de combattants de la 13ème division sont originaire de Maarat al-Noaman, qui rejette la présence du FAN et de ses alliés, a-t-il déclaré à Diyaruna, en utilisant un pseudonyme pour protéger son identité.

Tahrir al-Sham a pris d'assaut la ville "pour se débarrasser de la 13ème Division, qui a été à leur affût de prévenir les violations et les arrestations", a-t-il indiqué.

Le 8 juin, Tahrir al-Sham a capturé le siège de la 13ème Division à Maarat al-Noaman, annonçant qu'il contrôlait en totalité la ville le jour suivant.

Des affrontements ont éclaté à travers la ville le 9 juin, après que les éléments de Tahrir al-Sham ont pris d'assaut le siège de police de la ASL qui gère la ville.

Les manifestations ont rencontré des violences

À la suite de l'incident, des manifestations spontanées ont éclaté à partir de la grande mosquée de Maarat al-Noaman.

Les habitants des villages et des villes environnants, en particulier Kafruma, ont rejoint les manifestants portant le drapeau de la révolution syrienne, en chantant: "Les gens sont plus forts que vous" et d'autres slogans dénonçant le FAN.

"Les éléments du FAN ont répondu en ouvrant le feu, tuant cinq et blessant plus de 20 personnes", a déclaré Al-Noaman.

Parmi les personnes tuées, il y avait Tayseer Samahi, un chef de la 13ème Division qui a été le chef adjoint de la police de la ville, a-t-il ajouté.

Selon les termes d'un accord de cessez-le-feu du 11 juin, Tahrir al-Sham a accepté d'arrêter de combattre la 13ème Division, à condition que la faction se dissipe.

"L'accord prévoyait le départ complet de Tahrir al-Sham de la ville, le retrait de ses éléments de tous les points de contrôle autour d'elle et le démantèlement de la 13ème Division ", a souligné Al-Noaman.

"Mais les tensions sont encore élevées dans la ville et dans certains villages environnants suite aux affrontements", a-t-il déclaré.

"La situation est très tendue et peut exploser à n'importe moment", a-t-il ajouté.

Les deux parties se sont affrontées plus d'une fois, en particulier en 2016, suite aux tentatives d'imposer une forme de charia sévère qui a infligé des peines pour des violations telles que le fait de ne pas adhérer à un code vestimentaire islamique strict et de fumer.

Les activités politiques ont également été interdites.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test