Blessée par une balle au visage, une jeune fille de Mossoul devient un symbole d'unité


Maryam Ahmad Samir a été blessée par un sniper de « l'État islamique » alors qu'elle fuyait l'ouest de Mossoul avec sa famille. Elle doit subir plusieurs opérations chirurgicales. [Photo fournie par Mohammed Younis al-Obaidi]

Maryam Ahmad Samir a été blessée par un sniper de « l'État islamique » alors qu'elle fuyait l'ouest de Mossoul avec sa famille. Elle doit subir plusieurs opérations chirurgicales. [Photo fournie par Mohammed Younis al-Obaidi]

  • + AJOUTER UN COMMENTAIRE
  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

Alors qu'elle tentait de fuir son quartier d'al-Zanjili dans l'ouest de Mossoul avec sa famille, Maryam Ahmed Samir, âgée de 13 ans, a été atteinte au visage par le tir d'un sniper de « l'État islamique » (Daech).

Le 1er juin, la famille de Maryam et un groupe d'autres familles tentaient de fuir leurs maisons de l'ouest de la ville pour chercher la protection des unités de l'armée irakienne toute proche.

Lorsque Maryam a été blessée, des soldats irakiens se sont précipités pour lui porter secours, et l'ont transportée vers un hôpital d'Erbil.

La balle du sniper est passée entre ses yeux, pénétrant la chair et l'os de la partie inférieure du front, endommageant irrémédiablement son œil droit et affectant ses sinus, a expliqué le militant humanitaire Mohammed Younis al-Obaidi.

Après avoir effectué un examen initial, l'équipe médicale chargée de traiter Maryam a décidé d'opérer dès que la tuméfaction s'atténuerait, a expliqué al-Obaidi, qui s'est porté volontaire pour superviser le traitement.

Maryam a besoin de trois procédures chirurgicales critiques, a-t-il précisé pour Diyaruna.

« Premièrement, nous devrons extraire l'œil endommagé », a-t-il indiqué. « La deuxième procédure consistera à réparer la barrière nasale et les voies respiratoires, ainsi que les légers dommages subis par l'œil gauche. »

Lors de la dernière étape du traitement, Maryam subira une chirurgie plastique, qui comportera une greffe d'os et de peau dans la zone de la blessure, a-t-il ajouté

Nombreuses propositions d'aide

Lorsque Maryam est arrivée à l'hôpital d'Erbil, al-Obaidi a lancé une campagne en ligne et sur les réseaux sociaux pour demander un soutien et une aide d'urgence pour elle.

« Il y a eu un soutien indescriptible pour la situation tragique de Maryam », a-t-il indiqué. « Beaucoup de personnes dans le pays et à l'étranger m'ont contacté pour s'enquérir de son état et demander comment ils pouvaient aider. »

« Nous avons reçu des dons de 20 personnes, allant de 100 à 1 000 dollars, et certaines se sont proposées pour payer le coût de son traitement », a-t-il ajouté.

Al-Obaidi a indiqué que certaines personnes étaient venues rendre visite à Maryam à l'hôpital où elle est traitée, apportant des cadeaux comme de nouveaux vêtements, en signe de soutien et pour lui remonter le moral pendant qu'elle suit son traitement.

Le père de Maryam, Ahmed Samir, a expliqué à Diyaruna qu'il était reconnaissant envers tous ceux qui ont affiché leur solidarité avec sa fille.

« Je suis reconnaissant envers tous ceux qui ont aidé à sauver ma fille Maryam, qui ont pris de ses nouvelles, et ont pris le temps de venir à l'hôpital et ont suivi son état de près », a-t-il déclaré.

« C'est cela la vraie nature de notre peuple, toujours prêt à faire le bien et à s'unir en des temps difficiles. »

Des prières pour qu'elle puisse un jour sourire à nouveau

Maryam subira sa première opération après que le gonflement de son visage aura diminué, a expliqué son père.

« J'espère que chacun prie pour que son opération chirurgicale se passe bien, pour qu'elle puisse sourire de nouveau », a-t-il ajouté.

Ceux qui ont infligé cette blessure à sa fille sont sans conscience, a-t-il poursuivi.

« Quelle sorte de religion permettrait à des terroristes de viser des enfants et des civils non armés », s'est-il interrogé ? « Leur fin est proche, et ils connaîtront l'humiliation et la mort par la voie de nos forces armées. »

Samedi 10 juin, les forces irakiennes ont repris al-Zanjili, ne laissant plus qu'un seul quartier aux mains de Daech, avant d'atteindre son bastion stratégique dans la vieille ville.

Entre-temps, des Irakiens de toutes confessions et de toutes origines se relaient au chevet de Maryam, personnifiant cet esprit d'unité nationale, a déclaré Ali al-Diwachi, un autre militant engagé dans l'effort pour aider Maryam.

Al-Diwachi a appelé les gens à continuer de donner selon leurs moyens.

« Maryam est une jeune fille dotée d'une volonté de fer, qui parviendra à surmonter ses blessures et à se remettre, afin de rester un symbole d'unité et de résistance », a-t-il conclu.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test