http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2017/05/29/feature-01?di_exp_001=true

×
×
Terrorisme |

Les sanctions entravent le flux de revenus du Hezbollah

Par Tamer Abou Zeid à Beyrouth

La milice libanaise, le Hezbollah, fait face à une crise financière croissante à mesure que les sanctions américaines prennent leur effet. Le groupe a recouru à la fabrication de drogues illégales et à d'autres activités criminelles pour créer de nouveaux flux de revenus. [FICHIER]

Les sanctions internationales contre le Hezbollah, appuyées et appliquées par les banques libanaises, ont provoqué une crise financière pour le parti, disent les experts à Al-Mashareq.

La loi sur la prévention du financement international du Hezbollah de 2015 (H.R. 2297), adoptée par le Congrès américain, a causé un coup grave aux finances du groupe, ont-t-ils déclaré.

Le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a minimisé l'impact des sanctions, affirmant dans un discours de juin 2016 que "tant que l'Iran a de l'argent, nous aurons de l'argent ... aucune loi ne nous empêchera de le recevoir".

Mais malgré son défi, certains accusent le parti d'être derrière l'attentat du 12 juin 2016 sur le siège de Beyrouth de la banque BLOM, a déclaré à Al-Mashareq le responsable du Mouvement Change, Elie Mahfoud.

L'attaque a été largement considérée comme une tentative d'avertir le secteur bancaire de son respect des lois de financement antiterroriste, en particulier de l'imposition de sanctions contre des institutions qui s'engagent dans des transactions avec le Hezbollah.

Ces sanctions ont entraîné la fermeture de 100 comptes bancaires liés aux membres du parti, a déclaré le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salameh.

L'attentat à l'explosif est destiné à envoyer "un message aux banques libanaises", a déclaré Mahfoud.

Mais les banques commerciales ne s'engagent pas dans la politique, a-t-il dit, ajoutant qu'elles ne peuvent pas négocier ou se montrer flexibles avec aucune des parties "parce que le Liban est soumis à des lois bancaires strictes et il est signataire de traités internationaux qu'il ne peut pas manipuler".

Les sanctions réduisent les recettes

Les sanctions ont eu "un effet radical sur le comportement du parti", a indiqué Mahfoud, en louant les autorités libanaises pour leur traitement des sanctions.

"Je cite par exemple l'insistance sur le renouvellement du mandat du gouverneur de la Banque centrale Riad Salameh, qui a de l'expérience et de la crédibilité auprès de la communauté internationale, et plus particulièrement des banques et des bourses internationales", a-t-il souligné.

Après la publication de la loi de 2015 sur la prévention du financement international du Hezbollah, il a déclaré que Salameh a publié une directive affirmant l'engagement des banques libanaises à mettre en œuvre les sanctions.

"Le Hezbollah sait que ni le gouverneur de la Banque centrale du Liban ni les banques libanaises ne peuvent ignorer la loi des Etats-Unis et les banques seront forcées de s'abstenir de faire face à une figure affiliée au Hezbollah", a indiqué Mahfoud.

Les sanctions financières contre le Hezbollah ont réduit les revenus entrant dans le parti, a-t-il dit.

C'est le résultat des restrictions sévères sur les fonds entrant dans le parti de l'étranger et craint au Liban que ceux qui traitent avec le parti soient accusés de blanchiment d'argent et placés sur la liste des financiers terroristes, a-t-il déclaré.

Difficultés financières croissantes

Dans un rapport du 28 avril, le journal allemand Die Welt décrit les difficultés financières croissantes auxquelles le Hezbollah est confronté.

Ceux-ci ont obligé le parti à s'appuyer de plus en plus sur des activités illégales pour recueillir des fonds, y compris le blanchiment d'argent, la contrebande de drogue, la contrefaçon, ainsi que par ses importantes propriétés, a affirmé le journal.

Alors que le parti lutte pour remédier à sa crise financière, sa décision de se retirer de la chaîne de montagnes de l'est sur la frontière libano-syrienne a augmenté les spéculations sur la façon dont il se rapporte à la réduction des dépenses du parti.

L'analyste politique Ahmed Ezz Eddine a établi un lien entre le retrait du parti de la chaîne montagneuse de l'est et l'épuisement de ses ressources.

"Naturellement, le Hezbollah, qui s'est battu pendant cinq ans [en Syrie], a engagé des dépenses considérables liées aux personnes décédées et blessées au combat, en plus du coût financier de la guerre", a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

"Cependant, il ne fait aucun doute que la guerre en cours en Syrie du Hezbollah, surtout si elle s'étend du nord syrien à la frontière sud-syrienne-libanaise, exige des combattants supplémentaires", a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?
10

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha