Sécurité |
2017-03-16

Les forces irakiennes contrecarrent des attaques de l'EIIL contre des civils à Mossoul


Les forces irakiennes aident à évacuer les habitants du quartier d'al-Mamoun, dans l'ouest de Mossoul, vers des zones sûres. [Photo fournie par les Services antiterroristes]
Les forces irakiennes aident à évacuer les habitants du quartier d'al-Mamoun, dans l'ouest de Mossoul, vers des zones sûres. [Photo fournie par les Services antiterroristes]

Les habitants de l'ouest de Mossoul sont confrontés à un risque accru de trouver la mort dans des attaques en représailles de « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL).

Alors que les militants de l'EIIL se retrouvent prisonniers dans la ville , ils intensifient leurs attaques contre les civils et utilisent la politique de la terre brûlée dans une ultime tentative de sauver leur peau, ont déclaré des responsables.

Dans un centre médical temporaire du camp de Khazar, Mayada Yasin, 41 ans, a été traitée pour des hématomes subis lorsque le toit de sa maison lui est tombé dessus après l'explosion d'une voiture piégée, le 1er mars dans le quartier d'al-Mamoun, dans l'ouest de Mossoul.

Yasin et sa famille de sept personnes ont échappé de peu à la mort, a-t-elle rapporté à Diyaruna.

Après l'incident, ils ont été immédiatement évacués avec d'autres familles de leur quartier vers le camp où ils attendent la libération complète de Mossoul avant de pouvoir rentrer chez eux.

« Une nouvelle vie a été écrite pour nous », a-t-elle affirmé. « Nous avons été bloqués dans notre maison pendant dix jours, puis notre stock de nourriture s'est épuisé. Les affrontements étaient violents, alors nous avons décidé de partir une fois la situation calmée. »

Et puis la voiture piégée a explosé.

« J'ai été blessée aux jambes et aux mains, mais ce n'est pas important », a indiqué Yasin. « Ce qui est important, c'est que nous soyons tous en sécurité aujourd'hui. »

Tactiques désespérées

L'EIIL essaie de prendre pour cible quiconque quitte la zone pour aller dans les camps de déplacés, mais les troupes irakiennes veillent et répondent à toute tentative contre des civils.

Le groupe utilise des voitures piégées, des mines, des engins explosifs improvisés (EEI) et des tirs de snipers pour dissuader les civils de fuir.

Ces attaques terroristes sont dirigées contre des civils en « représailles », a déclaré à Diyaruna Hassan Shubeib al-Sabawi, membre de la commission de sécurité du conseil provincial de Ninive, ajoutant que plus les restrictions sur l'EIIL grandissent, plus ses éléments deviennent criminels.

« Les civils des quartiers de l'ouest de Mossoul sont devenus des cibles prioritaires pour les terroristes », a-t-il indiqué à Diyaruna.

« Dans le quartier d'al-Nabi Sheet, les forces de sécurité ont fait avorter le 4 mars une attaque de six voitures piégées conduites par des kamikazes qui visaient des rassemblements d'habitants déplacés et d'unités militaires. »

Des activistes de l'EIIL ont également brûlé de nombreuses maisons et voitures dans le quartier de Wadi Hajar avant de le quitter, a-t-il fait savoir.

Ces actions étaient « en représailles pour le soutien apporté par les habitants aux opérations de libération », selon al-Sabawi.

Le groupe pratique une « politique de la terre brûlée dans tous les quartiers qu'il perd », a-t-il expliqué.

« L'EIIL est maintenant désespéré », a-t-il poursuivi. « Tous ses éléments qui ont été expulsés des provinces de l'Anbar, Salaheddine et Diyala se sont ensuite installés avec leurs familles dans l'est de Mossoul, ont dû fuir vers l'ouest de la ville lorsque la partie est a été libérée, et sont maintenant complètement encerclés. »

« Nous nous attendons à ce que les combats deviennent plus difficiles parce que de nouveaux quartiers plus densément peuplés sont pris d'assaut », a confié al-Sabawi.

Protection des familles qui fuient

Ahmed Madloul al-Jarba, député irakien pour la province de Ninive, a indiqué à Diyaruna que l'EIIL n'hésite pas à s'en prendre de toutes les façons possibles aux civils pour se venger de ses défaites.

« Il y a au moins encore 600 000 personnes qui vivent dans l'ouest de Mossoul et elles sont prises en otages par l'EIIL », a-t-il indiqué.

Al-Jarba a souligné le besoin de gagner la bataille rapidement et de ne pas donner au groupe une opportunité supplémentaire de s'en prendre à des civils non armés.

Il a également exhorté à accentuer les efforts pour aider et abriter les familles déplacées.

« Le nombre de personnes déplacées depuis le début de l'opération de libération dans l'ouest de Mossoul le 19 février a atteint 50 000 et augmente régulièrement », a-t-il fait savoir.

Au cours du dernier mois, les forces des Services antiterroristes (SAT) ont évacué 14 000 personnes de l'ouest de Mossoul « en toute sécurité et sans aucune perte », a déclaré à Diyaruna le général de brigade Sabah al-Numan, porte-parole des SAT.

Ces forces « ont aussi pu repousser les attaques du groupe contre les civils et leur ont fourni des itinéraires de fuite sûrs », a-t-il précisé.

Les forces de libération sont engagées dans des affrontements violents contre les éléments de l'EIIL et les combats se déroulent comme prévu », a-t-il ajouté.

« Nous avons libéré des quartiers importants et stratégiques comme Wadi Hajar et al-Mamoun, causant à l'ennemi des dizaines de pertes et limitant ses capacités offensives et ses défenses », a-t-il souligné.

Cette semaine, le Commandement des opérations conjointes a annoncé que les forces irakiennes avaient repris un tiers de l'ouest de Mossoul et continuent à bien progresser pour reprendre la Vieille ville.

Aimez-vous cet article?

3 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha