topic/iraq/sectionlead |
2017-01-06

L'Irak resserre les contrôles bancaires pour bloquer le financement de la terreur

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Un homme assis à son poste d'échange d'argent sur la place de Fardous dans le centre de Bagdad. [Sabah Arar / AFP]
Un homme assis à son poste d'échange d'argent sur la place de Fardous dans le centre de Bagdad. [Sabah Arar / AFP]

Le flux d'argent soutenant l'activité terroriste en Irak a considérablement diminué, ainsi que le blanchiment d'argent, tandis que le transfert de liquidités de source et de destination inconnues a cessé complètement, ont affirmé des responsables de la Banque centrale d'Irak (BCI).

Ces succès sont dus à de nouvelles mesures réglementaires internes et à des accords internationaux visant à accroître le suivi des fonds et à corriger les faiblesses du système bancaire irakien, ont-ils dit à Diyaruna.

Au cours des dernières années, des groupes terroristes ont exploité le système bancaire irakien, tentant de blanchir et de faire passer de l'argent pour soutenir l'activité terroriste dans le pays avant que la BCI n'effectue des procédures de surveillance, ont-ils indiqué.

"La BCI, en tant qu'institution financière de surveillance, s'intéresse à la politique financière monétaire de l'Irak et s'est employée récemment à mettre en œuvre des procédures juridiques pour surveiller le mouvement des fonds et arrêter toute activité suspecte", a déclaré Aysar Jabbar à Diyaruna.

Le suivi des fonds se fait par la surveillance de l'argent arrivant en Irak et le mouvement des fonds dans le pays, a-t-il expliqué.

"La première chaîne a été largement maîtrisée grâce aux conventions internationales sur la lutte contre les activités des groupes terroristes et la coopération en ce qui concerne le drainage des ressources des terroristes et la lutte contre le blanchiment d'argent", a-t-il déclaré.

La BCI et son bureau de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (LBC / CFT) ont signé un accord avec le Trésor américain pour surveiller le mouvement des fonds en coopération avec les banques et les sociétés financières irakiennes.

A la mi-décembre, le Trésor américain a annoncé des sanctions financières contre plusieurs bureaux de change d'argent en Irak et en Syrie et un financier individuel , tous accusés d'avoir acheminé de l'argent vers "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL).

Les entités sanctionnées incluent la Compagnie irakienne de Change Selselat al-Thahab, qui aurait traité des transferts d'argent pour un financier connu de l'EIIL et effectué plus de 100 transferts dans le territoire de l'EIIL, a indiqué le Trésor.

Surveillance interne renforcée

"En ce qui concerne les flux de trésorerie en Irak, cela se fait en utilisant des ordres internes de paiement écrits à la main basés sur des systèmes primitifs", a déclaré Jabbar.

Malgré ces défis, a-t-il dit, la BCI a mis au point des contrôles spéciaux de surveillance et de validation qui peuvent fonctionner avec les systèmes existants.

La BCI a ordonné à tous les bureaux de services financiers et sociétés de transfert d'argent dans le pays d'ouvrir des dossiers pour chaque client et chaque ordre de paiement, dit-il. Ils doivent inclure une copie des documents originaux, qui indiquent l'identité de l'expéditeur, le but du transfert et la partie qui les reçoit.

"Les organismes compétents examinent tous ces dossiers et vérifient le montant de paiement, la raison du transfert et si le client a révélé la nature de son paiement", a-t-il déclaré.

En décembre seulement, la BCI a empêché 102 sociétés de services financiers de transférer des fonds en Irak sans respecter les règles et les normes et sans valider les parties à qui l'argent avait été transféré, a-t-il dit.

Ces procédures de surveillance n'ont pas arrêté complètement le financement du terrorisme en Irak, a déclaré Jabbar, mais elles ont réalisé des progrès importants dans ce domaine, stoppant environ 80% des flux de fonds non autorisés et de blanchiment d'argent.

Partie clé de la bataille

La lutte contre les délits de blanchiment d'argent et l'arrêt des sociétés de transfert d'argent qui soutiennent l'EIIL est aussi important que la lutte contre le groupe sur le champ de bataille, a déclaré la député irakienne Najiba Najib, qui siège au comité économique parlementaire.

"Le comité économique parlementaire, une fois que le parlement sera de retour, inclura dans son ordre du jour la question du blanchiment d'argent et les moyens d'arrêter les transferts d'argent à l'appui de l'EIIL", a-t-elle déclaré à Diyaruna.

Drainer les ressources financières de l'EIIL est complété par l'activité militaire qui a ciblé ses ressources sur le terrain, comme la vente de pétrole et la collecte d'argent de protection, a déclaré l'économiste Bassem Antoine à Diyaruna.

"La seule bataille de libération de Mossoul a fait perdre à l'EIIL de nombreux puits de pétrole, qui ont été une partie importante de son pilier économique par la contrebande de pétrole hors de l'Irak et bénéficiant de ses revenus", a-t-il dit.

Etant donné que l'EIIL a été contenu dans des endroits précis à Mossoul et al-Hawija, avec la coupure de toutes les voies d'accès à d'autres villes et villages, il n'est plus en mesure de faire passer du pétrole ou d'exercer un contrôle sur les routes de trafic.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 1
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha