Terrorisme |
2016-12-27

Les habitants de Mossoul forcés d'enterrer leurs morts chez eux

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Le chef du conseil provincial de Ninive, Bashar al-Kiki, dans un hôpital local où il rend visite à un enfant blessé par des tirs de "l'Etat islamique en Irak et au Levant". [Photo fournie par Bashar al-Kiki]
Le chef du conseil provincial de Ninive, Bashar al-Kiki, dans un hôpital local où il rend visite à un enfant blessé par des tirs de "l'Etat islamique en Irak et au Levant". [Photo fournie par Bashar al-Kiki]

Les habitants de Mossoul, ciblés par les tirs et les bombardements de l'EIIL, disent à Diyaruna qu'ils ont été obligés dans certains cas d'enterrer leurs morts dans leurs propres jardins.

La vue des pierres tombales dans les jardins des maisons privées est devenue monnaie courante à l'intérieur et autour de Mossoul, ont-ils dit, et ce à cause des difficultés de transporter les corps dans les cimetières désignés dans les circonstances actuelles.

Au moment où il est progressivement forcé hors de la ville, l'EIIL ne cesse de cibler les zones libérées sur la rive gauche de Mossoul faisant usage de mortiers et de tirs de snipers en représailles, indiquent les résidents, tuant des dizaines de civils et endommageant des maisons et des biens.

Le groupe a récemment lancé plusieurs attaques de mortier à partir du quartier d'al-Falah ciblant les zones libérées de l'est de Mossoul "sans égard pour la vie des civils", a déclaré à Diyaruna Salem al-Hamdani, résident d'al-Falah.

Avant que l'EIIL ne fuit d'al-Falah, récemment recapturé par les forces irakiennes, le groupe l'utilisait comme un tremplin pour plusieurs de ses attaques de mortier sur le quartier libéré voisin de Jamaa, a-t-il dit.

"Ils ont détruit des quartiers et tué des gens. Ils ont commis des massacres contre des personnes innocentes", a déclaré Al Hamdani.

Dans le quartier d'al-Noor, dans l'est de Mossoul, la famille Hammadi a enterré leur fils Iyad, tué par un obus de mortier plus tôt, dans le jardin de leur maison lorsqu’un autre obus de mortier tiré par l'EIIL a frappé une maison voisine, a dit la famille, ajoutant qu'un certain nombre de leurs voisins ont subi des blessures graves, certaines nécessitaient des amputations, dans l’incident.

"Le cimetière familial est situé dans une zone contrôlée par l'EIIL et n'est pas joignable en ce moment", a déclaré le frère d'Iyad, Adel, à Diyaruna.

"Le transport des corps est actuellement pratiquement impossible, ce qui nous a obligés à enterrer [mon frère] dans le jardin", a-t-il déclaré.

L'EIIL se cache derrière les civils

L'EIIL "a fait des civils dans les zones libérées la cible de ses obus et des tireurs embusqués, sans tenir compte de la présence d'enfants, de femmes et de personnes âgées", a déclaré le général de brigade Haider al-Obeidi, commandant adjoint de la 1re unité des opérations spéciales du Service de lutte contre le terrorisme.

Le groupe a lancé des attaques de roquettes depuis les toits des maisons civiles, utilisant les habitants comme des boucliers humains contre les forces irakiennes, a-t-il dit à Diyaruna.

"L'EIIL sait très bien que les avions et l'artillerie irakiens ne répondront pas à [leur feu], craignant pour la vie des civils", a-t-il fait savoir.

Les attaques aux mortiers de l'EIIL ont incité certains civils à fuir vers des camps de déplacés ou des quartiers à l'extérieur de la portée de tir, a déclaré Al-Obeidi.

Dans un seul jour, le camp d'al-Khazir à l'est de Mossoul a reçu plus de 500 civils qui ont fui les quartiers d'al-Intissar, al-Noor et Aden pour échapper au bombardement aveugle de l'EIIL, a déclaré Razkar Obeid, le responsable du camp.

"Les déplacés ont parlé de lourds bombardements de l'EIIL", a-t-il dit à Diyaruna. "Ils ont fui par peur d'être tués".

L'administration du camp d'Al-Khazir les a abrités dans des tentes et leur a fourni des couvertures, des matelas, des vivres et des appareils de chauffage, a-t-il dit.

La député irakienne de Ninive Intissar Ali a appelé les forces de sécurité à fournir une plus grande protection aux civils dans les zones libérées et à accélérer l'opération pour arracher les zones restantes de Mossoul de l'emprise de l'EIIL.

"L'EIIL a commis des crimes haineux contre les citoyens et leurs biens, avec des attaques de mortier causant le meurtre et la blessure de nombreux habitants de la ville ainsi que la démolition de maisons entières", a-t-elle dit à Diyaruna.

L'ouverture de couloirs sûrs pour les civils vivant dans les zones chaudes limiterait les pertes et y sécuriserait la vie des personnes, affirme-t-elle.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 2
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha